Afrique: Les Seychelles rejoignent le groupe de développement " très élevé " de l'ONU dans la santé et l'éducation

Les Seychelles ont bien réussi, en particulier en tant que petit État insulaire en développement et ont démontré que si vous investissez dans l'enseignement supérieur gratuit, les soins de santé gratuits, cela se traduit par le développement humain.

Les Seychelles ont été placées dans le groupe " Très haut développement " du rapport 2019 des Nations Unies sur le développement humain (PNUD), devenant ainsi le premier pays africain à atteindre un tel rang.

Les Seychelles sont 62e sur 189 pays, avec un indice de 0,801. Ce score place la nation insulaire dans l'indice de développement très élevé avec de nombreux pays européens.

L'Indice de développement humain (IDH) est un indice statistique composite des indicateurs d'espérance de vie, d'éducation et de revenu par habitant. Les indicateurs sont utilisés pour classer les pays en quatre niveaux de développement humain - très élevé, élevé, moyen et faible.

La représentante résidente du UNDP pour Maurice et les Seychelles, Amanda Serumaga, a déclaré mercredi aux journalistes que le classement signifie deux choses.

"Tout d'abord, cela signifie que c'est possible pour le continent africain. Deuxièmement, je pense que ce que les Seychelles ont fait, en particulier en tant que petit État insulaire en développement, c'est qu'il a démontré que si vous investissez dans l'enseignement supérieur gratuit, les soins de santé gratuits, vous avez près de 96% d'accès à l'électricité, ces choses entraînent un développement humain et pour les Seychelles en particulier, cela a entraîné un développement humain très élevé », a déclaré Mme. Serumaga.

Elle a ajouté que le gouvernement des Seychelles, un groupe de 115 îles dans l'ouest de l'océan Indien, doit être félicité pour cette réalisation qui s'est produite au cours de ces dix dernières années.

Entre 2000 et 2018, la valeur de l'indice de développement élevé des Seychelles est passée de 0,712 à 0,801, soit un bond de 12,6%. Entre 1990 et 2018, l'espérance de vie à la naissance des Seychelles a augmenté de 2,6 ans, le nombre moyen d'années de scolarité a augmenté de 2,2 ans et les années de scolarité prévues ont augmenté de 4,0 ans.

Le ministre pour la Santé, Jean-Paul Adam, qui a officiellement reçu mercredi le rapport de Mme. Serumaga lors d'une cérémonie, a déclaré que le placement "est une reconnaissance de la vision et de la stratégie que le gouvernement a adoptées au fil des ans depuis notre indépendance".

«Il y a des années où nous n'avions pas beaucoup de croissance économique, mais nous avons toujours investi dans l'éducation et la santé.

Cela a été une plateforme qui nous a beaucoup aidés. Le rapport montre que lorsque, en tant que pays, vous effectuez cet investissement à un stade précoce, il vous offre des avantages à long terme », a déclaré M. Adam.

Il a ajouté que «le gouvernement actuel a pris un nouvel engagement où le président Danny Faure, récemment, lors de la conférence de Nairobi qui s'est tenue sur la population et le développement, a déclaré qu'au moins 10% du budget ira à la santé ainsi qu'à l'éducation».

M. Adam a déclaré que les investissements se poursuivront dans ces secteurs pour apporter de nouvelles améliorations.

Les autres pays qui ont gravi les échelons avec les Seychelles sont les Palaos et la Turquie. Les cinq premiers pays de l'IDH mondial sont la Norvège, la Suisse, l'Irlande, l'Allemagne et Hong Kong.

De l'autre côté de l'indice se trouvent le Burundi, le Soudan du Sud, le Tchad, la République centrafricaine et le Niger.

La répartition inégale des gains de développement humain dans l'éducation, la santé et le niveau de vie au sein des pays demeure un défi pour parvenir au développement humain pour tous.

L'IDH ajusté en fonction des inégalités montre que dans le monde, 20% des progrès du développement humain ont été perdus en 2018, compte tenu des inégalités dans les indicateurs de l'indice.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.