Burkina Faso: Centre de facilitation des affaires de Bagré - Un bref délai pour entreprendre

12 Décembre 2019

La Maison de l'entreprise du Burkina a lancé, le mardi 10 décembre 2019, les activités du Centre de facilitation des affaires de Bagré.

Faire de la zone de Bagré « le Silicon valley agricole » du Burkina Faso, où il y aurait un condensé d'entreprises agricoles dotées de technologies de dernière génération pour intensifier la production, tel est l'objectif du gouvernement burkinabè. C'est pourquoi, le Centre de facilitation des affaires de Bagré (CEFAB) a été créé.

Le lancement officiel des activités a eu lieu, le mardi 10 décembre 2019 à Bagré, localité située à une cinquantaine de kilomètres, sous la coprésidence du ministre en charge de l'industrie, Harouna Kaboré et de son collègue de l'Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles, Salifou Ouédraogo.

Selon le ministre Kaboré, le CEFAB est un guichet unique, créé en vue de soutenir tout investisseur à Bagré.

D'après lui, il vise à faciliter l'obtention des documents administratifs, afin d'encourager la création d'entreprises « performantes », dans le respect des dispositions réglementaires en vigueur au Burkina Faso.

Les missions assignées au centre, a-t-il poursuivi, embrassent tous les secteurs d'activités qui vont de la santé à l'enseignement en passant par l'environnement et l'agriculture. Après une phase d'expérimentation, les mesures de simplification initiées pourront être généralisées à tout le pays, foi de Harouna Kaboré.

Avec le lancement officiel des activités du CEFAB, les entrepreneurs n'auront plus d'excuses pour ne pas être en règle. Car, a-t-il ajouté, ce dispositif est ouvert pour qu'il n'y ait plus de facteurs limitant leurs démarches administratives pour la création ou le développement de leurs entreprises.

Plus besoin de déplacement

En effet, le délai initial de 16 mois pour l'obtention de certaines licences d'affaires telle que l'autorisation de création et d'ouverture d'établissements d'enseignement, dans la procédure classique passe désormais à 90 jours grâce au CEFAB.

La présidente du comité de gestion du CEFAB, Yvonne Rouamba, pour sa part, a soutenu que le centre permettra aux investisseurs, opérateurs économiques et exploitants agricoles du pôle de croissance de Bagré d'économiser en temps et en argent.

Elle a souligné que les usagers ne sont plus obligés de faire le déplacement à Tenkodogo, ou à Ouagadougou pour accomplir les formalités d'obtention des licences d'affaires concernant leurs secteurs d'activités.

Ainsi, à son avis, le CEFAB contribuera, entre autres, à améliorer l'environnement des affaires pour les promoteurs économiques, à centraliser et raccourcir les délais d'obtention des principales formalités d'entreprises, attirer les investisseurs en rendant les procédures administratives d'implantation au Burkina Faso plus rapides, plus simples et moins coûteuses. «

Le CEFAB est une première du genre, car aucun guichet unique du Burkina Faso n'a une compétence aussi large », a fait comprendre Mme Rouamba.

En effet, il facilitera, entre autres, les conditions d'obtention d'une soixantaine d'agréments techniques tels que le registre du commerce et du crédit mobilier, les autorisations de création et d'ouverture d'établissements d'enseignement et de santé, les autorisations d'importation et d'exportation, les récépissés des producteurs de semences végétales, les déclarations de culture.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.