Angola: Le Brésil veut négocier un avion E2 pour la TAAG

Luanda — La compagnie aérienne brésilienne "Embraer" a exprimé jeudi à Luanda son intérêt à négocier avec le gouvernement angolais la vente de son dernier avion commercial, de modèle E195-E2 et d'une capacité maximale de 146 passagers, pour les destinations internationales.

Avec cette étape, la société sud-américaine a l'intention de minimiser les coûts de maintenance et de rendre la TAAG (Lignes Aériennes d'Angola) plus efficace, selon le vice-président des ventes de cette société, Raul Villaron.

Le responsable, qui s'exprimait en marge d'un séminaire sur la "Base industrielle de la Défense du Brésil", parrainé par l'ambassade du Brésil en Angola, a indiqué qu'il s'agissait d'un avion économique qui consomme moins de carburant que les autres.

"L'E195-E2 consomme 30% moins le carburant que le B737-700, et son coût de maintenance est près de 40% inférieur à celui des actuels avions de la TAAG", a expliqué le vice-président des ventes de l'Embraer.

L'intention, a-t-il soutenu, est de travailler avec la société phare angolaise pour vendre l'E195-E2 afin de remplacer ses actuels appareils Boeing 737-700, qui arrivent à un âge de remplacement.

«Il y a deux semaines, nous avons amené notre modèle d'avion en Angola pour la première fois et avons démontré son efficacité et prouvé que c'était l'avion idéal pour la TAAG», a-t-il ajouté.

Si les négociations aboutissent, a-t-il poursuivi, l'Angola bénéficiera d'un tarif différencié et bénéficiera de la formation de pilotes, mécaniciens, agents de bord, compte tenu des liens historiques qui unissent les deux pays.

S'adressant à la presse, en marge du séminaire destiné aux organes de défense et sécurité des deux pays, le ministre de la Défense nationale, Salviano de Jesus Sequeira, a exprimé son intérêt à coopérer avec cet État sud-américain dans cette matière.

Il a dit que l'Angola pouvait profiter de l'expérience brésilienne et nouer des partenariats pour fabriquer son matériel localement.

Au cours du séminaire, les participants ont échangé des expériences sur les nouvelles technologies utilisées dans le secteur de la défense et de la sécurité militaire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.