Congo-Kinshasa: La Banque mondiale s'engage à œuvrer pour la promotion et la protection des personnes vivant avec handicap

Le bureau de la Banque mondiale en République Démocratique du Congo a organisé, en différé, la célébration de la journée internationale des personnes vivant avec handicap (JIPVH), le mardi 10 décembre 2019 en son siège, sur le thème «L'Avenir est accessible».

La cérémonie était placée sous le patronage de Mme Irène Esambo, Ministre déléguée auprès de la Ministre des Affaires Sociales, Chargée des Personnes vivant avec le Handicap et autres Personnes Vulnérables. Ces assisses ont réuni les experts de la Banque mondiale et les acteurs de la société civile en charge des questions du handicap autour d'un panel de discussion. Les orateurs ont débattu de la thématique de la célébration abordée sous différents angles afin de promouvoir un milieu de travail et une culture favorisant l'intégration. Les débats étaient concentrés notamment, sur le développement des carrières et l'aménagement d'installations accessibles aux personnes vivant avec handicap.

"Par ma voix, la Banque mondiale s'engage, dans le cadre précis de son mandat, à œuvrer sans relâche au côté du gouvernement et de la communauté nationale et internationale, et à ne ménager aucun effort pour la promotion et la protection des personnes vivant avec handicap en République démocratique du Congo", a rassuré M. Pierre Joseph Kamano, Coordonateur du secteur de développement humain pour quatre pays africains dont la RDC.

Cette année, la Journée Internationale des Personnes Vivant avec le Handicap met l'accent sur l'autonomisation des Personnes pour un développement inclusif, équitable et durable, comme prévu dans le Programme de développement durable à l'horizon 2030, qui s'engage à «ne laisser personne de côté» et à reconnaître le Handicap comme une question intersectorielle à prendre en compte dans la mise en œuvre de ses 17 objectifs de développement durable.

S'alignant derrière le thème retenu cette année par les Nations Unies, la Banque mondiale a adopté le même thème et l'aborde sous différents angles afin de veiller à promouvoir un milieu de travail et une culture favorisant l'intégration et l'inclusion. Pour le bureau de la Banque mondiale en RDC, dit Pierre Joseph Kamano, nous avons choisi de focaliser notre attention sur le Développement des carrières et les installations accessibles.

Des engagements et de la sensibilisation

Au nom de M. Jean-Christophe Carret, Directeur des opérations de la Banque mondiale, qui n'a pu prendre part à cette cérémonie pour cause de déplacement à l'extérieur du pays, M. Kamano a affirmé que des études réalisées par la Banque mondiale font ressortir que 15% de la population mondiale vit avec un handicap. Les causes sont multiples, et vont des conséquences des guerres et conflits armées, aux maladies, en passant par les accidents et autres facteurs. "Sur 58 millions d'enfants qui sont en dehors du système scolaire, 1/3 vit avec un handicap. Pourtant, il est avéré que l'éducation peut briser le cycle de pauvreté. Ces enfants, non scolarisées aujourd'hui, n'auront que très peu de chance d'accéder à un emploi décent. D'où, la perpétuation du cycle de pauvreté", regrette-t-il.

Par ailleurs, entre 50% et 75% des personnes vivant avec un handicap sont en situation de sous- emploi. Il est également établi que 80% des personnes vivant avec un handicap sont dans les pays en voie de développement.

En dépit de ces nombreux défis, la Banque mondiale en RDC constate et se réjouit de quelques avancées significatives enregistrées. Notamment, la création, au sein du gouvernement de la RDC, d'un Ministère délégué dévolu à la personne vivant avec handicap, mais aussi l'amélioration du cadre légal en faveur de la personne vivant avec handicap, à la faveur des lois actuellement en cours d'examen.

Il sied de noter, en outre, le fait que 177 pays ont ratifié la Convention relative aux droits des personnes vivant avec un handicap et, à ce jour, la situation de la personne vivant avec handicap est prise en compte dans les Objectifs de Développement Durable.

Pour accompagner ces progrès, et n'exclure personne, la Banque mondiale a pris 10 engagements à l'échelle globale. "Ces engagements couvrent l'éducation, la technologie et les innovations, les transports, le suivi à travers des mécanismes de mesure afin de rendre compte des progrès et des défis, le focus sur les femmes, les filles et les situations de fragilité comme les conflits afin d'apporter des appuis ciblés à travers des programmes de protection social. Il reste entendu que tous ces engagements sont appuyés par des programmes de communication et de sensibilisation auprès de tout le staff", a souligné Pierre Joseph Kamano.

Créer un environnement protecteur pour les PVH

Mme Lysette, Spécialiste en développement social du bureau de la Banque mondiale en RDC, insiste sur le fait qu'il faut créer un environnement protecteur pour tout le monde afin que chacun ait un rôle à jouer dans la société.

Il est nécessaire, selon elle, de réunir un certain nombre d'éléments pour y arriver. D'abord, il faut des lois qui feront en sorte que les programmes de développement s'y alignent, mais aussi faciliter l'accès à l'espace, c'est-à-dire, intégrer les dispositions favorables aux PVH dans les différents édifices. Il est aussi important de mettre en place des normes sociales, changer les mentalités des personnes chacun dans son secteur pour démontrer que «Le handicap ne doit pas être un handicap».

La Journée Internationale des Personnes vivant avec le Handicap est normalement célébrée le 3 décembre. Le bureau de la Banque mondiale e RDC l'a reportée au 10 décembre en raison de contraintes majeures, mais la date n'a pas été choisie au hasard. En effet, le 10 décembre de chaque année, le monde célèbre la Journée Internationale des Droits Humains. C'était donc un double-événement célébré sur des thématiques aussi proches que cohérentes.

Retenons, par ailleurs, que c'est en 1992 que les Nations Unies ont instauré la Journée Internationale de la Personne vivant avec le Handicap. Pour la Banque mondiale, c'est une opportunité de promouvoir les droits et le bien-être de ces Personnes dans toutes les sphères de la société et du développement, et de sensibiliser davantage à leur situation sous les aspects de la vie politique, sociale, économique et culturelle.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.