Sénégal: Mbour - Bras de fer entre transporteurs et municipalité

13 Décembre 2019

Les Mbourois ont vécu, avant-hier mercredi, un calvaire dans leur déplacement suite à la mobilisation et à l'arrêt des minibus «Tata». La perturbation de la mobilité est consécutive au non-paiement de la taxe municipale de dix mille (10.000) francs Cfa depuis quatorze (14) mois.

Pour rappel, la présence des minibus desservant les différents quartiers de Mbour et les communes de Malicounda, de Saly et de Ngaparou, à partir de cinq (05) têtes de pont, est consécutif à l'exécution d'un projet d'amélioration de la mobilité urbaine. Ainsi, quarante-trois (43) bus ont été acheminés et remis à des promoteurs organisés en quatre (4) Groupements d'intérêt économique (GIE).

Ces derniers, sous la direction du Conseil exécutif des transports urbains de Dakar (Cetud) et de l'Association de financement des personnels du transport urbain (Aftu), ont vu chacun des promoteurs convenir à l'embauche de deux chauffeurs, de deux receveurs, de superviseurs et de contrôleurs et un versement annuel au concessionnaire ayant présenté aux prêts des minibus la somme de 506.000 francs Cfa.

Selon Pierre Mbakhane Gomis, l'un des promoteurs de minibus, la situation est difficile car, les minibus doivent payer la somme de dix mille (10.000) francs Cfa dans la commune de Mbour et quinze mille (15.000) francs Cfa dans la commune de Ngaparou, au moment où quatorze (14) autres municipalités du département de Mbour attendent de se décider pour fixer des taxes concernant les «Tata».

El Hadji Guèye, le responsable de la Commission transport du Conseil municipal de Mbour en appelle à la mesure et déplore la longue période de non-paiement de la taxe municipale, qui n'est pas versée depuis quatorze (14) mois. Selon lui, malgré toutes les facilitations faites et une période de battement de six (06) mois, tout est au point mort pour le recouvrement de ces taxes.

Du côté des transporteurs, ils attendent la convocation d'une voix autorisée, la tutelle, le préfet du département de Mbour pour une solution, une harmonisation de la taxe municipale par toutes les communes. En attendant, les conséquences de l'arrêt des minibus Tata se font sentir chez les populations, avec des retards pour les élèves et des difficultés pour des Mbourois à se mouvoir.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.