Sénégal: Fin du marathon budgétaire avec le ministère des finances et du budget - Les députés votent sans débat

13 Décembre 2019

Le marathon budgétaire 2020 a pris fin hier, jeudi, avec l'adoption du projet de budget du ministère des Finances et du budget. Pour le dit budget, 59 députés de la majorité présidentielle ont voté pour et 19 contre. Un choix vivement contesté par l'opposition qui y voit une nébuleuse.

Clap de fin des séances plénières pour l'examen du projet de loi de finances 2020! En effet, c'était au tour de l'adoption du projet de budget du ministère des Finances et du budget arrêté à 218,546 862 928 FCFA de clôturer définitivement le débat d'orientation des finances publiques pour 2020, en séance publique hier, jeudi, au parlement. Lors du vote de ce projet de budget, les députés ont majoritairement voté pour son adoption sans débat, soit 59% de voix favorables contre 19% et 1 abstention.

Ce choix délibéré et admis dans les dispositions fonctionnelles de l'Institution parlementaire, émanait du député du pouvoir, en l'occurrence Ngane Diop. Une proposition vivement contestée par le camp de l'opposition qui estimera qu'il y a nébuleuse autour du budget présenté. Et qu'il ne fallait aucunement permettre que le budget soit voté sans débat.

A l'affront de cette absence de débat pour l'adoption du projet de budget, le député Cheikh Abiboulaye Dièye, plus connu sous le sobriquet de Cheikh Bamba Dièye, fustige: «Le débat est sacré, parce que c'est la respiration de la République. Ne pas débattre à l'hémicycle, c'est ostraciser le citoyen Sénégalais. C'est confirmer l'image déjà écornée des députés que nous sommes. Penser que voter sans débat mettrait fin à celui-ci, c'est le perdre de vue. Le débat n'est jamais terminé. Alors, le fermer à l'Assemblée nationale ne va nullement nous empêcher de jouer les prolongations sur la place publique. Il va se poursuivre de plus belle dans les médias. Et la perception qu'aura faite le citoyen lambda, ignorant les lois de l'Assemblée nationale, peut être plus dévastatrice».

Et Marie Sow Ndiaye de renchérir: «L'absence de débat pour le vote de ce budget n'arrange nullement le ministre Abdoulaye Daouda Diallo. Je ne peux pas voter un budget sans bénéficier de l'opportunité d'avoir une réponse justifiant le pourquoi de la hausse des prix de l'électricité et pendant ce temps, la Senelec continue de bénéficier de la subvention de l'Etat. Je ne peux également voter un budget dit adossé au Plan Sénégal Emergent (Pse), devenu subitement Plan Sénégal endettement (Pse).

Pis, l'on parle du Train Express Régional (Ter) qui peine à prendre les rails. Pourquoi fuyez-vous le débat. Qu'est-ce que vous avez à cacher aux Sénégalais? N'êtes-vous pas sûrs de défendre vos arguments ? N'oubliez jamais que nous sommes mandatés par le peuple. Et ce point de vue, nous sommes tenus de rendre clair le débat».

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.