Sénégal: Réalisation des programmes «zéro déchet» et «zéro bidonville» - Aliou Sall, avocat des collectivités devant le HCCT

13 Décembre 2019

Dans le cadre de sa deuxième session extraordinaire, le Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) a auditionné hier, jeudi 12 décembre, Aliou Sall, président de l'Association des maires, sur le thème : « Les modalités d'intervention et de coordination des parties prenantes : Etat, collectivités territoriales, populations et autres acteurs pour la réussite des programmes « zéro déchet » et « zéro bidonville». Le patron de l'Ams a énuméré plusieurs contraintes qui bloquent l'exécution de ces dits programmes.

La réussite des programmes « zéro déchet » et « zéro bidonville » initiés par le Président Macky Sall, continue encore de figer les appréhensions des Sénégalais, particulièrement des autorités étatiques.

Aliou Sall, président de l'Ams invité hier, jeudi, par le Hcct dans le cadre de sa deuxième session extraordinaire, a souligné ainsi qu'il y a toujours des contraintes, liées entres autres au manque de moyens dans certaines collectivités locales et surtout l'implication de ces collectivités locales dans les programmes en question.

« Par exemple, dans l'agglomération dakaroise, les collectivités locales ne sont pas pleinement impliquées. Cela est lié à l'histoire récente. Comme vous le savez, la question des déchets était gérée par l'entente Cadak-Car qui était une intercommunalité, il s'en est suivi qu'il y avait des difficultés qui ont donné naissance à l'Ucg », confie le maire de Guédiawaye.

Malgré ces contraintes, Aliou Sall a réitéré l'engagement des collectivités locales à accompagner a fond ces programmes initiés par le chef de l'Etat dans le cadre du plan d'action prioritaire du Plan Sénégal émergent afin de les rendre pérennes. Mieux, dira t-il, « le président de la République avait souhaité que les collectivités locales puissent s'engager dans la mise en œuvre de ces programmes »

Dans la même foulée, la présidente du Hcct, Aminat Mbengue Ndiaye, a précisé que la question de « zéro déchet et zéro bidonville » doit être une préoccupation de tous surtout des autorités locales. « Les conseillers municipaux, les délégués des quartiers, les habitants doivent s'approprier de ces programmes».

En ce qui concerne le manque de moyens souligné, elle a tenu à rassurer : «Parmi les avis que nous allons transmettre au président de la République, il y aura certainement l'augmentation des ressources des collectivités locales ».

Avant de conclure en revenant sur le rôle du Hcct qui est de sensibiliser la population, les autorités au niveau des conseillers municipaux et les organisations non gouvernementales pour « qu'ils sachent que, même si le président de la République a une idée, il ne peut pas aller lui-même réaliser cette idée sans l'aide des parties prenantes ».

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.