Cameroun: 7e Conférence mondiale des parlementaires contre la corruption - Hymne à l'intégrité

La rencontre a eu lieu les 9 et 10 décembre 2019 à Doha au Qatar, en présence de parlementaires venus de plus de 70 pays. Le Cameroun également représenté.

C'est un rendez-vous biennal. Mais l'enjeu est plus que quotidien. La corruption. Elle sévit, massacre et freine résolument le développement de pays. Pour lui barrer la voie, des actions multiformes sont entreprises dans chaque pays. Les parlementaires, élus du peuple, y apportent leur touche pour que le combat cesse d'être un slogan. C'est le sens de la Global Organization of Parliamentarians Against Corruption (Gopac).

La ville de Doha au Qatar a accueilli la 7e édition de cette rencontre les 9 et 10 décembre dernier. Les parlementaires de plus de 70 pays venant des cinq continents ont pris part aux travaux axés cette année sur le thème de « l'intégrité ». Ce moment d'échanges de bonnes pratiques, d'échecs, de difficultés quotidiennes a permis aux participants de réorienter, voire rectifier le tir des actions qu'ils entendent mettre en œuvre.

Dans la déclaration de Doha adoptée le 10 décembre, ils formulent dix engagements. Entre autres, ils réaffirment que l'intégrité sera le moteur pour rebâtir la confiance entre les institutions publiques et les citoyens. De plus, ils invitent les parlements à adopter les mesures et outils qui vont prendre en compte l'intégrité dans les parlements à travers un code d'éthique et de conduite, une transparence financière et une déclaration des biens, un recueil de règles concernant les conflits d'intérêts, la participation effective des citoyens dans le processus de conception des lois. Aussi, ils saluent l'initiative de l'émir du Qatar, Sheikh Tamim bin Hamad Al Thani, dans la présentation du prix annuel de l'excellence pour encourager et honorer les personnes et les institutions qui ont démontré leurs engagements dans la lutte contre la corruption.

Pour cette année, le prix a été remis au président rwandais, Paul Kagamé à Kigali par l'émir en personne, le lundi 9 décembre. La rencontre entre les parlementaires et les membres de la société civile a surtout permis d'échanger les recettes et de prendre conscience des difficultés inhérentes à leurs environnements. Pour les surmonter, ces gladiateurs de l'intégrité se disent prêts à renoncer à une part de pouvoir pour davantage impliquer les citoyens. Parce que la crise de confiance semble réelle et transparaît comme le talon d'argile de cette initiative.

L'enjeu étant de porter au plus haut les préoccupations des citoyens, ces acteurs si souvent invisibles et difficiles à atteindre. Dès 2019, le Qatar assure la Gopac avec Ahmad Bin Abdulla Bin Zaid Al Mahmoud, le président du Shura Council, conseil consultatif de cet Etat. Il a été élu par ses pairs pour un mandat de deux ans. Créé en 2002 à Ottawa au Canada, la Gopac réunit aujourd'hui plus de 1230 membres actifs (parlementaires et observateurs indépendants).

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.