Angola: Mise en exergue de la Loi sur la transplantation au Vatican

Luanda — L'adoption, par l'Angola, en septembre 2019, de la Loi sur la transplantation de cellules, de tissus et d'organes humains a été mise en relief, au Vatican, lors du sommet des femmes africaines sur « la Traite d'êtres humains et le Crime organisé ».

Les participants à cet événement, qui a réuni des femmes qui exercent les fonctions de juge et de procureur, ont félicité l'Angola pour n'avoir pas enregistré des cas de traite, qui visent à extraire les organes humains, indique un communiqué de presse de l'Ambassade angolaise à Rome.

La vice-présidente de l'Assemblée-générale de l'Association des juges d'Angola (AJA), madame Luisa Quinta a souligné que l'approbation du Texte-loi était liée aux recommandations du sommet tenu l'année précédente (2018), précise le communiqué parvenu samedi à l'ANGOP.

Les statistiques récentes indiquent que le nombre de greffes à travers le monde était estimé très bas, soit deux cents mille (200.000) par an, mais la demande ne cesse d'augmenter.

« En Angola il n'y a pas de registre des cas de traite d'êtres humains transportés pour cette fin », a ajouté Luisa Quinta lors du sommet auquel a participé le Pape François.

Au cours de cette réunion, organisée par l'Académie Pontificale des Sciences du Vatican, la juge Luisa Quinta a fait savoir que l'Angola possédait plus de 114 Centres d'accueil aux victimes du trafic d'être humains, dont la majorité appartenait aux Organisations liées à l'Eglise catholique.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.