Madagascar: Kidnapping à Soavimbahoaka - Le patron de Vel'optic victime pour la seconde fois

Vers 10heures et quelques poussières, hier matin, Navaze Veldjee sortait de sa maison pour rejoindre son lieu de travail.

A peine sortie de son domicile, une voiture de marque Peugeot 405 a bloqué sa route. Quatre hommes lourdement armés sortaient de la 405 et s'en sont pris au patron de Vel'optic. Tout s'est déroulé très vite et presque passé inaperçu, les bandits sont sûrement des professionnels en matière d'enlèvement de personne. Ces derniers utilisaient la Volkswagen Touareg de Navaze Veldjee pour la fuite et abandonnaient sur place la Peugeot berline. Quelques heures plus tard, la police criminelle a été signalée que la voiture de la victime a été abandonnée par la suite à Ilafy.

La Communauté des Français d'Origine Indien de Madagascar (CFOIM) a réagi sous forme communiqué : « un opérateur économique d'origine indienne a fait l'objet d'un acte d'enlèvement du côté de Soavimbahoaka ce matin aux environs de 9 heures alors qu'il sortait de son domicile. La victime n'est autre que le patron de Vel'optic, Navage Veldjee âgé de 47 ans. Après avoir embarqué l'homme d'affaires à bord d'un véhicule tout terrain, les ravisseurs se seraient enfuis. ».

De préciser par la suite : « Navaze Veldjee était déjà victime d'un enlèvement par des bandits en mai 2018 à Ampasampito. Sa femme et lui se trouvaient près du magasin Gamo quand les ravisseurs s'en sont pris à eux, avant de les embarquer de force dans leur propre voiture. En route, ils ont libéré l'épouse. Navage Veldjee n'a été libéré qu'au bout de 15 jours. » Pour accélérer sa libération et surtout pour sauver la vie du ressortissant indien concerné, la CFOIM se dit prête à offrir une prime conséquente à ceux qui donnent des renseignements pouvant aider à la libération de Navaze Veldjee.

Ironie du sort peut-être, ce kidnapping s'est produit en même temps du procès d'une dizaine de gens poursuivi pour le même crime au Pôle Anti-Corruption. Depuis une semaine déjà, la cour spéciale se penche sur le jugement des kidnappeurs. Les peines prononcées varient de sept à 15 ans de travaux forcés avec une forte somme de dommages et intérêts, parfois allant jusqu'à un milliard d'ariary.

Cette année, le kidnapping est remis à l'index même dans les zones rurales, les séquestrations deviennent monnaies courantes. Outre les vols de zébus habituels, les dahalo prennent maintenant en otage les gens pour deux raisons notamment celle de couvrir leur fuite et celle de se faire de l'argent en bonus.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.