Soudan: Al-Bachir condamné à deux ans de prison dans une institution de réforme sociale.

Photo: VOA
Sudanese President Omar Hassan al-Bashir addresses the general conference of the ruling National Congress Party in Khartoum, Oct. 23, 2014.

Khartoum — Le tribunal pénal spécial pour le procès de l'ancien président Omar Al-Bachir l'a condamné ce samedi à deux ans de prison dans l'Institution pour la réforme sociale pour avoir dépassé l'âge de soixante-dix ans et a décidé de confisquer les fonds étrangers et locaux, sujet du procès, en faveur du gouvernement du Soudan.

La décision a été lue par le juge Al-Sadiq Al-Amine Al-Faki, en présence des organes d'accusation et de défense, selon laquelle l'accusé a été condamné en vertu de l'article 21 du code pénal concernant les opérations de change et la richesse illégale.

Le juge a indiqué que la plupart des témoins à décharge ont souligné que ce que l'accusé avait fait était contraire à la loi.

Il a affirmé que l'immunité mentionnée par la défense ne serve pas l'accusé, sauf au cas où il serait au pouvoir qui, selon le juge, avait déjà été renversé.

Le tribunal a condamné le prévenu, Omar Al-Bashir, pour toutes les charges retenues contre lui par le parquet.

Le juge a demandé au chef du comité de la défense, Hachim Abu Bakr Al-Jaali, s'ils avaient des motifs de réduire le jugement, et qu'Al-Jaali s'est, à son tour, adressé au président déchu, qui lui a assuré qu'il était un officier des forces armées et y a atteint les plus hauts rangs, et il n'a pas demandé et ne demandera pas une commutation de peine.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: SNA

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.