Tchad: La mobilisation pour la libération Mahamat Nour Ibedou se poursuit

Au Tchad, le secrétaire général de la Convention tchadienne pour la défense des droits de l'homme, Mahamat Nour Ibedou, est emprisonné depuis deux semaines désormais à la maison d'arrêt d'Amsinéné.

Initialement poursuivi pour diffamation, le défenseur des droits humains tchadien Mahamat Nour Ibedou a été placé sous mandat de dépôt pour meurtre et complicité de meurtre. Depuis, politiques et militants des droits de l'homme ne cessent de protester.

Communiqués, conférence de presse, publication sur les réseaux sociaux, la mobilisation contre l'emprisonnement du défenseur des droits humains reste intacte depuis deux semaines. Pour le chef de parti d'opposition, Brice Guedmbaye Mbaimon, la police judiciaire a fait preuve de zèle.

De diffamation à complicité d'assassinat

« Puisqu'il est convoqué pour avoir diffamé un citoyen, il doit répondre de ses actes et il est capable de se défendre, déclare-t-il.

Malheureusement, ce qui s'est produit au parquet ressemble un peu à une mise en scène. On est passé de la convocation pour diffamation, à complicité d'assassinat, et directement à l'incarcération ».

Pour certains, l'honneur et l'image du Tchad sont en jeu. Le coordonnateur du Comité de suivi de l'appel à la paix et à la réconciliation, un regroupement d'associations de la société civile, Adberamane Goussoumian, appelle à la libération du militant.

« Tout le monde est d'accord que les procédures n'ont pas été respectées, qu'Ibedou sera purement et simplement relâché, déclare-t-il.

Nous, Tchadiens, nous avons toujours dit que notre pays est d'abord la construction d'un état de droit. Un état de droit signifie que les procédures en matière de justice doivent être respectées ».

Alors que sur le plan judiciaire, l'instruction n'évolue que très lentement, sur les réseaux sociaux, la mobilisation en soutien à Mahamat Nour Ibedou se fait de plus en plus forte.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.