Afrique de l'Ouest: Au Sahel, un nouveau financement pour appuyer l'éducation des enfants piégés dans des crises

15 Décembre 2019

Le Fonds Éducation sans délai (« Education Cannot Wait ou ECW) a annoncé vendredi une nouvelle tranche de financement de 3,7 millions de dollars pour soutenir des programmes d'éducation en situation d'urgence au Mali et au Niger.

Ce financement permettra d'appuyer l'accès à l'éducation de plus de 160.000 enfants et jeunes touchés par l'insécurité, les déplacements, les conflits et les crises en cours dans ces deux pays du Sahel où la situation humanitaire s'est fortement dégradée.

Par le biais des gouvernements nationaux et des partenaires de mise en œuvre sur le terrain, le financement d'ECW soutiendra la construction et la réhabilitation de salles de classe pour 15.000 enfants et jeunes non scolarisés et fournira du matériel d'apprentissage à plus de 100 000 élèves. Il favorisera également une bonne hygiène menstruelle pour plus de 130 000 filles et assurera des environnements d'apprentissage plus protecteurs pour plus de 160 000 élèves.

Un important manque de financement pour la réponse humanitaire dans le secteur de l'éducation persiste toutefois dans les zones ciblées par les interventions : environ 42 millions de dollars restent à mobiliser, selon les estimations.

Les violences, les déplacements de population, l'insécurité et les crises continuent de s'aggraver au Sahel. Plus de 320 000 enfants et jeunes sont touchés par les fermetures d'écoles et une recrudescence des attaques contre les écoles a été enregistrée dans les deux pays depuis 2017.

La réponse en cours pour l'éducation en situation d'urgence au Mali et au Niger obtient cependant des résultats notables. En 2019, environ 100.000 enfants et jeunes ont pu accéder à une éducation inclusive et de qualité, selon les rapports du Cluster Éducation. En octobre 2019, les acteurs du Cluster Éducation avait atteint plus de 46.000 filles et garçons et fourni du matériel d'apprentissage à 73.000 élèves. De plus en plus d'enfants bénéficient du soutien psychosocial et des programmes d'alimentation dont ils ont besoin pour faire face à l'adversité et au traumatisme liés aux situations de déplacement forcé et pour avoir suffisamment à manger chaque jour.

« Le Sahel est l'une des régions les plus instables et les plus fragiles du monde. Les enfants et les jeunes paient le plus lourd tribut des conflits armés, des déplacements forcés, de l'extrême pauvreté, des effets du changement climatique, de l'insécurité alimentaire et de la malnutrition qui y sévissent », a déclaré Yasmine Sherif, Directrice du Fonds Éducation sans délai. « Avec nos partenaires, nous investissons pour offrir immédiatement des possibilités d'éducation aux filles et garçons parmi les plus marginalisés et vulnérables au Mali et au Niger afin qu'ils et elles puissent apprendre et développer les compétences dont ils ont besoin pour s'épanouir et devenir des agents de changement positif ».

Niger : plus de 100 000 enfants d'âge scolaire ont besoin d'une aide humanitaire

Dans les régions de Tillabéri et Tahoua au Niger, plus de 100 000 enfants d'âge scolaire ont besoin d'une aide humanitaire. La situation en matière de sécurité et de déplacement reste volatile dans la plupart des régions du pays. Divers conflits régionaux, notamment la crise au Mali, l'insurrection de Boko Haram et la crise régionale dans le bassin du lac Tchad, et l'insécurité croissante dans les États du nord du Nigéria, provoquent des déplacements importants vers et à l'intérieur du Niger et ont un impact négatif sur les activités économiques et l'accès aux services publics tels que l'éducation.

Les enfants réfugiés sont particulièrement touchés : 17 000 réfugiés au Niger n'ont accès à aucun type de soutien éducatif.

Au Niger, l'UNICEF, l'organisation Save the Children et le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) mettront en œuvre les programmes financés par l'allocation de 1,3 million de dollars d'ECW. Pour Assoumane Mahamadou, Secrétaire général du Ministère nigérien de l'enseignement primaire de l'alphabétisation de la promotion des langues nationales et de l'éducation civique, ce financement arrive à un moment où son système éducatif fait face à plusieurs défis. « Ce financement va permettre de continuer à accompagner les efforts du gouvernement à assurer les droits à l'éducation à tous les filles et garçons en besoin de scolarité », a-t-il dit.

450.000 enfants ont besoin d'être aidés au Mali

Dans le centre et le nord du Mali, l'insécurité entrave l'accès continu à l'éducation de nombreux enfants, qui courent également un risque accru de violence et d'abus. Au total, quelque 450.000 enfants ont besoin d'une aide humanitaire. Alors que la crise s'aggrave dans les régions du centre, les écoles ferment sous la menace de groupes militants et des conflits intercommunautaires; la situation des enfants devient chaque jour plus alarmante. Des estimations récentes du Cluster Éducation indiquent que plus de 1000 écoles ne sont pas fonctionnelles, ce qui affecte plus de 315 000 élèves.

Au Mali, l'organisation World Vision et l'UNICEF mettront en œuvre les programmes financés par l'allocation de 2,4 millions de dollars d'ECW.

« L'éducation est cruciale pour assurer que les filles et les garçons au Mali puissent contribuer positivement à l'avenir de leur pays. La crise a privé trop d'enfants de ce droit fondamental », a déclaré Mbaranga Gasarabwe, la Coordinatrice résidente des Nations Unies et Coordinatrice de l'action humanitaire pour le Mali. « Le gouvernement du Mali est signataire de la Convention relative aux droits de l'enfant et, alors qu'il s'efforce de rendre l'éducation de qualité accessible à tous et toutes, le soutien de tous les partenaires est nécessaire pour protéger le droit des enfants à l'éducation ».a-t-elle ajouté.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.