Congo-Kinshasa: Tanganyika - Messe de requiem en mémoire de Charles Mwando Nsimba, ancien 1er Vice-président de l'Assemblée nationale

Trois années sont passées depuis que le patriarche Charles Mwando Nsimba a quitté la terre des hommes pour rejoindre l'au-delà. Passé de vie à trépas le 12 décembre 2016, à Bruxelles, à l'âge de 80 ans, une messe de requiem a été organisée à Kalemie en mémoire de ce grand Monsieur qui, autrefois, avait assumé des grandes et multiples fonctions d'Etat.

En effet, la délégation de son parti politique UNADEF, conduite par le fédéral Alexis Katempa, a célébré cette date commémorative marquant la disparition de leur Président, Charles Mwando Nsimba, dans une paroisse de la province de Tanganyika.

Né à Moba le 18 octobre 1936, Charles Mwando Nsimba fut Président du Parti politique l'Union Nationale de démocrates fédéralistes (UNADEF). Plusieurs fois Ministre pendant la deuxième République entre 1965 et 1971 et Gouverneur du Grand Kivu pendant 12 ans, Feu Mwando père fut ministre des transports puis, depuis le 6 février 2007, ministre du Développement rural dans le gouvernement d'Antoine Gizenga. A partir du 26 octobre 2008, il fut ministre de la Défense au sein du gouvernement d'Adolphe Muzito.

Pour rappel, en septembre 2015, Mwando Nsimba avait décidé de démissionner de son poste de premier vice-président de l'Assemblée nationale pour protester contre le report continuel des élections par le président Joseph Kabila.

A l'occasion de la date de cette disparition, Jeudi 12 décembre dernier, sur les ondes de « Top Congo FM », Christian Mwando, fils du Patriarche Charles, a révélé que les obsèques de leur papa n'ont jamais été prises en charge par le Gouvernement congolais. En d'autres termes, le rapatriement de la dépouille mortelle et les autres frais ont été payés par sa famille biologique. L'Assemblée Nationale ne se serait contentée que payer un cocktail de 10 millions de franc congolais, apprend-on.

Etonnant que cela puisse avérer, d'après Christian Mwando, trois années après la disparition de leur père, l'Assemblée nationale n'a toujours pas payé les indemnités de sortie comme 1er Vice-président de la Chambre basse du parlement sous l'ère Joseph Kabila. « Trois ans après, on refuse même de payer ses indemnités de sortie comme 1er Vice-président de l'Assemblée nationale. J'ai écrit au gouvernement depuis 2017, j'ai réécrit en 2018, je viens d'écrire en 2019. Chaque fois, ce sont des non-réponses ou silence, pendant que le même gouvernement enterre les musiciens avec pompe et les comédiens, a-t-il déclaré.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.