Mali: Débats crispés pour le premier jour du dialogue national

Photo: APS
2ème journée du dialogue national inclusif,

Après la cérémonie d'ouverture du Dialogue national inclusif (DNI) samedi, les débats en plénière ont commencé dimanche. Trois sous-groupes pour parler notamment de « gouvernance », de « paix, sécurité et politique institutionnelle » et « d'économie, et finances ».

Les débats doivent s'achever dimanche prochain alors que la quasi-totalité de l'opposition malienne boycotte les travaux. Les ex-rebelles de la CMA (coordination des mouvements de l'Azawad) y sont représentés.

Le début des dialogues en plénière a été laborieux, explique l'un des représentants de l'ex-rébellion au dialogue national inclusif : « Je trouve que les intervenants restent sur des sujets périphériques. »

Mais très rapidement la parole s'est libérée libère. Publiquement, un intervenant a même condamné les groupes armés du Nord : « Je pouvais prendre les armes, mais j'ai refusé de prendre les armes, parce que je pense que ce n'est pas avec les armes qu'on règle les problèmes. » Par ailleurs, il secoue le cocotier : « Pas de révision constitutionnelle tant que le Mali est comme ça. »

« Tous les problèmes du Mali se résument à cette mauvaise gouvernance »

Un autre orateur a donné de la voix pour parler du centre du pays : « Les tueries, les greniers éventrés, les récoltes brulées, les personnes assassinées, les animaux volés, nous ne savons pas à quoi ça va mener. »

Les modérateurs sont alors intervenus dans une atmosphère crispée. En début d'après-midi, ce dimanche, la sérénité est revenue. Parmi les thèmes abordés ce jour, celui de la gouvernance a attiré grand monde.

« C'est le gros du problème. Tous les problèmes du Mali se résument à cette mauvaise gouvernance, et je vois que les gens sont en train de faire un constat, et de dire les solutions qu'ils proposent », estime Abdouraman, un délégué présent à la rencontre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.