Mauritanie: Le conseil d'administration du FMI achève la quatrième revue de l'accord au titre de la Facilité élargie de crédit

document

Le 11 décembre 2019, le conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé la quatrième revue de l'accord triennal en faveur de la République islamique de Mauritanie au titre de la Facilité élargie de crédit.

L'accord, au titre duquel l'accès total aux ressources du FMI s'élève à 115,92 millions de DTS (environ 159,6 millions de dollars au taux de change actuel), soit 90 % de la quote-part de la Mauritanie, a été approuvé le 6 décembre 2017 (voir communiqué de presse n° 17/168). L'achèvement de la revue permet aux autorités de tirer 16,56 millions de DTS (environ 22,8 millions de dollars), ce qui porte le total des décaissements à 82,80 millions de DTS (environ 114,0 millions de dollars).

En achevant la revue, le conseil d'administration a approuvé aussi la demande des autorités d'une dérogation pour l'inobservation du critère de réalisation relatif aux emprunts non concessionnels. Pendant la même réunion, le conseil d'administration a achevé également les consultations de 2019 au titre de l'article IV. Un communiqué de presse séparé sera publié prochainement.

À la suite des débats du conseil d'administration, Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint et président par intérim, a fait la déclaration ci-après :

« La performance de la Mauritanie dans le cadre de l'accord au titre de la Facilité élargie de crédit du FMI continue d'être forte. Les autorités mettent en œuvre des politiques prudentes et avancent avec les réformes, quoiqu'avec quelques retards. La croissance devrait accélérer cette année, portée par une activité dynamique à la fois dans les secteurs extractifs et non extractifs, ainsi que par des termes de l'échange favorables. Les perspectives économiques sont bonnes, bien que les risques demeurent élevés en raison du ralentissement de l'économie mondiale, de la volatilité des cours des produits de base et des menaces sécuritaires dans la région du Sahel. La poursuite de politiques disciplinées, la mise en œuvre des réformes structurelles et l'augmentation des dépenses prioritaires dans le domaine social et pour les infrastructures seront importants pour atteindre une croissance plus inclusive et réduire la pauvreté et les inégalités, tout en consolidant la stabilité macroéconomique et la viabilité de la dette.

« Les autorités devraient utiliser l'espace budgétaire pour augmenter les dépenses prioritaires dans le domaine social (éducation, santé et protection sociale) et les infrastructures, tout en maintenant des politiques budgétaires et d'emprunt prudentes afin de préserver la viabilité de la dette. À cet égard, il sera important de prendre des mesures pour augmenter les recettes intérieures et contenir les dépenses non prioritaires, ainsi que d'établir des cadres macro-budgétaires et institutionnels robustes pour gérer les futures recettes gazières de manière efficiente.

« La mise en place opérationnelle du nouveau cadre de politique monétaire et l'assouplissement du taux de change devraient aider à faire face aux chocs extérieurs, préserver les réserves officielles, ainsi que soutenir la croissance et la compétitivité. Les autorités devraient aussi prendre des mesures supplémentaires pour améliorer la solidité des banques et leur résilience face aux chocs afin de renforcer leur capacité de financer la croissance économique et les petites et moyennes entreprises.

« L'objectif des autorités de renforcer les institutions et les cadres de politiques est la bienvenue. Les priorités comprennent notamment le renforcement de l'administration des impôts et des douanes afin d'assurer le respect généralisé des obligations fiscales, ainsi que la réforme ses processus budgétaires visant à améliorer la capacité d'accroître de manière efficiente les dépenses sociales, étant donné les besoins immenses. En outre, il sera essentiel d'intensifier les efforts pour améliorer le climat des affaires, la gouvernance économique et la lutte contre la corruption afin de faciliter le développement diversifié du secteur privé et la création d'emplois.»

Mauritanie : principaux indicateurs économiques, 2015-20

PIB par habitant : 1 335 $ (2014)

Taux de pauvreté : 31 % (2014)

Population : 4 millions (2014)

Quote-part : 128,8 millions DTS

2015

2016

2017

2018

2019

2020

Est.

Proj.

Proj.

(Variation annuelle en pourcentage)

Comptes nationaux et prix

PIB réel

0,4

1,8

3,1

3,4

6,9

6,3

Industries extractives

-5,6

0,7

-7,1

-18,6

27,7

10,2

Hors industries extractives

1,4

2,0

4,5

6,1

5,0

5,8

Déflateur du PIB

-4,2

3,4

3,4

2,7

4,7

2,9

Prix à la consommation (moyenne sur la période)

0,5

1,5

2,3

3,1

3,0

3,4

(En pourcentage du PIB hors industries extractives, sauf indication contraire)

Opérations de l'administration centrale

Recettes et dons

32,6

31,7

31,8

33,7

31,5

29,9

Hors industries extractives

26,8

27,9

27,9

28,3

27,8

26,8

Taxes

16,9

18,7

19,7

20,9

20,7

20,8

Industries extractives

3,8

1,7

2,8

4,7

2,0

2,2

Dons

2,0

2,2

1,1

0,7

1,6

0,9

Dépenses et prêts nets

37,2

32,3

31,9

30,0

28,9

29,5

Dépenses courantes

20,6

19,0

19,6

19,2

18,7

18,9

Dépenses en capital

15,8

13,3

12,3

10,8

10,3

10,6

Solde primaire (hors dons)

-4,5

-1,5

0,3

4,8

2,7

1,1

Solde global (en pourcentage du PIB)

-3,4

-0,5

0,0

3,3

2,1

0,3

Dette du secteur public (en pourcentage du PIB) 1/ 2/

75,2

77,4

75,9

82,8

77,4

78,9

(Variation annuelle en pourcentage, sauf indication contraire)

Monnaie et crédit

Monnaie au sens large

0,4

7,1

13,7

13,8

14,0

11,4

Crédit au secteur privé

9,7

8,1

7,5

19,4

11,0

12,3

Balance des paiements

Solde des transactions courantes (en pourcentage du PIB)

-19,8

-15,1

-13,8

-18,7

-11,4

-20,7

Hors importations de biens d'équipement pour les industries extractives financées par l'extérieur

-12,0

-11,2

-7,6

-13,4

-7,0

-13,2

Réserves officielles brutes (en millions de dollars, fin de période) 3/

822,8

824,4

849,0

918,3

1,105,0

1,180,8

En mois d'importations prospectives hors industries extractives

5,6

5,4

4,6

4,9

5,5

5,6

Dette publique extérieure (en millions de dollars) 2/

3208.6

3354.9

3573.0

3616.3

3698.7

3912.7

En pourcentage du PIB

66,4

71,6

72,5

69,2

65,6

66,2

Taux de change effectif réel

7.8

-5.8

-2.1

-0.3

...

...

Pour mémoire :

PIB nominal (en millions de dollars)

4830,5

4685,6

4925,1

5227,0

5641,1

5912,2

Prix du minerai de fer (dollars/tonne)

56,1

58,6

71,1

70,1

93,9

76,4

Sources autorités mauritaniennes, estimations et projections des services du FMI.

1/ Y compris dette publique envers la banque centrale reconnue en 2018.

2/ Hors dette passive envers le Koweït en cours de négociation.

3/ Hors fonds des hydrocarbures.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: IMF

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.