Guinée Equatoriale: «Biens mal acquis» - Les avocats de Teodorin Obiang demandent la relaxe

Au dernier jour du procès en appel de Teodorin Obiang dans l'affaire dite des « Biens mal acquis », et alors que l'avocat général a requis quatre ans de prison ferme et 30 millions d'euros d'amende, les avocats du vice-président de Guinée équatoriale ont demandé la relaxe.

« Votre décision ne doit être basée ni sur les émotions, ni sur la passion, ni sur une certaine morale, comme cela a été le cas jusque-là dans cette affaire, ont martelé les trois avocats de la défense, mais uniquement sur le droit. »

Me Tomo a d'abord demandé à la cour de se déclarer incompétente, au regard de l'immunité dont devrait bénéficier Téodorin Obiang. « Il y a une schizophrénie totale, a renchéri Me Marsigny, à ce que le vice-président soit l'interlocuteur des autorités françaises pour la coopération militaire, tandis que la justice française ne lui reconnaît pas l'impunité due à sa fonction. »

On cherche à refuser à la république de Guinée équatoriale ce que l'ensemble des pays du monde entier obtiennent parce que c'est le droit international : c'est l'immunité.

« Teodorin Obiang est de bonne foi puisqu'il n'a jamais cherché à dissimuler »

Le trio a aussi tenté de démonter chacun des quatre chefs d'inculpation, avec un argument central : pour que Teodorin Obiang puisse être poursuivi en France pour le blanchiment d'un délit, il faut que les faits d'origine soient aussi considérés comme un délit en droit équato-guinéen.

Ainsi, le blanchiment de corruption tombe, a soutenu la défense, parce que le délit de corruption n'existait pas en Guinée équatoriale avant 2018. Idem pour le blanchiment de détournement de fonds publics puisque ce type de détournement, dans les textes équato-guinéens, ne s'applique qu'aux fonctionnaires. Exit aussi, pour des motifs similaires, le blanchiment d'abus de biens sociaux et d'abus de confiance.

Et Me Tomo d'insister : « qui dit blanchiment dit dissimulation : Teodorin Obiang est de bonne foi puisqu'il n'a jamais cherché à dissimuler. Comment dissimuler l'avenue Foch ? Les 30 voitures de luxe devant les hôtels parisiens ? ». Tous ont plaidé la relaxe.

De son côté, l'avocat de la partie civile Transparency International, Me William Bourdon, dit attendre « sereinement » le verdict. Tout en soulignant qu'il ne sera qu'un épisode d'un long feuilleton judiciaire qui va se poursuivre.

Cela offre le spectacle nauséeux, infâme, de l'enrichissement d'un clan sur le dos de populations de plus en plus précarisées.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.