Afrique: Fraude fiscale - Les pertes annuelles estimées entre 15 mille et 30 mille milliards de francs CFA

Dans une étude prospective sur le financement interne du développement, l'Ong-3D relève des pertes énormes de recettes fiscales. Moundiaye Cissé et Cie soulignent ainsi que chaque année entre 30 et 60 milliards de dollars, soit entre 15 mille et 30 mille milliards de francs Cfa s'évadent dans les Paradis fiscaux.

«Chaque année, l'Afrique perd entre 30 et 60 milliards de dollars via la fraude fiscale, selon les chiffres de la Commission économique des Nations unis pour l'Afrique(Uneca)», rapporte l'Ong-3D dans son ouvrage intitulé «Recherche prospective sur le financement interne du développement».

Pis, note le document, l'argent qui s'évade de manière illégale hors du continent africain, variant entre 15 mille et 30 mille milliards de francs CFA est plus élevé que les aides internationales.

En ce sens, la structure dirigée par Moundiaye Cissé relate que l'Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE) estime que les flux financiers illégaux qui s'échappent du continent sont trois fois supérieurs au montant de l'aide au développement perçue.

Le document cite par ailleurs, le rapport de Thabo Mbéki qui «montre que 50 milliards de dollars, soit 25 000 milliards de francs CFA de flux financiers illicites quittent l'Afrique chaque année, dont 32,5 milliards de dollars, soit environ 16 mille milliards 250 millions de francs CFA provenant de l'évasion par les entreprises.

Il remarque également que l'Afrique subsaharienne a perdu environ 5,5% de son Produit intérieur brut (Pib) chaque année entre 2003 et 2012, à cause des flux financiers illicites.

A l'en croire l'étude menée par cette organisation de la société civile, les principales plaques tournantes de ces flux financiers sont les paradis fiscaux, tels que Panama et les Îles Vierges Britanniques.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.