Congo-Brazzaville: Pandémie du SIDA - Les pairs éducateurs passeront de porte à porte pour le dépistage

Les acteurs de lutte contre le VIH/sida ont suivi une formation, du 10 au 13 décembre à Brazzaville, pour leur permettre d'assurer sur le terrain le dépistage au sein des communautés.

La campagne de dépistage a été dénommée « Le dépistage communautaire démédicalisé ». Elle s'inscrit dans le cadre de l'atteinte des objectifs fixés par l'Onusida 90,90,90 en 2020 en vue de mettre fin à la pandémie d'ici à 2030. Une politique qui permet à toute personne vivant avec le VIH de connaître son statut sérologique, d'avoir accès au traitement antirétroviraux et de bénéficier du traitement dont la charge virale est devenue indétectable.

L'opération fait suite au constat que l'Afrique de l'ouest et du centre sont en arrière par rapport à l'Afrique du Sud et au reste du monde pour l'atteinte des objectifs de 2020.

La formation a été organisée par l'Association des jeunes positives du Congo (AJPC) que dirige Valérie Maba, en collaboration avec d'autres associations de lutte contre la pandémie, et soutenue par la Pace, représentée par Jeanne Gapiya Niyonzima, avec le financement de l'Agence française de développement et de la Coalition internationale sida.

Selon l'AJPC, la République du Congo a rédigé, en septembre de l'année en cours, un plan d'accélération de l'atteinte des cibles 90,90,90 de 2019 à 2020, avec pour ambition d'augmenter la proportion des personnes vivant avec le VIH qui connaissent leur statut sérologique de 33% en 2018 à 49% d'ici à 2020, et celle des personnes sous traitement antirétroviraux qui ont leur charge virale indétectable de 1% en 2018 à 50% d'ici à 2020. « Les pairs éducateurs formés au dépistage communautaire démédicalisé seront sur le terrain pour assurer le dépistage au sein des communautés et accompagneront les personnes dépistées positives jusqu'à leur mise sous traitement, afin d'accroître les performances du premier 90, objectif de l'Onusida qui demande que le pourcentage des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique », a déclaré l'association.

Quelques données statistiques des taux de prévalence au Congo

D'après les estimations de l'Onusida en 2017, le taux de prévalence du VIH pour la population de 15 à 49 ans est de 3,12% et à 2, 6% dans les estimations de 2018, selon la même source.

Chez les femmes enceintes 3,6% selon les estimations de 2016. Le taux de transmission du VIH de la mère à l'enfant de 18,18% en 2017. Selon l'IBBS 2018, la prévalence du VIH chez les professionnels de sexe est 8,1% ; la prévalence du VIH chez les HSH a quasiment doublé de 2012 à 2017 passant de 26, 1% à 41,2%.

En 2018, la file active 31300 (35% de besoins estimés à 89000 selon la stratégie testée et traitée (rapport Spectrum 2019). Les nouvelles infections croient d'une année à une autre (7200 en 2010 et 7900 en 2017). Décès liés au VIH en hausse (20100 décès contre 31400 décès entre 2014 et 2017).

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.