Congo-Kinshasa: Ebola et l'insécurité à Beni - World Vision publie un rapport sur la situation des enfants

L'agence d'aide humanitaire relève, dans son étude, les sentiments de peur, de stigmatisation et d'inquiétudes des enfants pour l'avenir, tout en appelant, pour assurer leur survie, leur protection et leur développement, à un investissement à long terme.

World Vision indique, dans son rapport publié le 16 décembre, que les enfants en République démocratique du Congo (RDC), qui risquent d'être pris au piège dans un cycle sans fin d'épidémies d'Ebola et de violence, souffrent de sentiments de peur, de stigmatisation et d'inquiétudes pour l'avenir.

Selon cette nouvelle étude, « les garçons et les filles orphelins ou directement touchés par Ebola ont déclaré qu'ils se sentaient isolés et solitaires, avaient souvent peur des voisins et restaient effrayés par la maladie ». L'agence humanitaire note également que plus de la moitié des adultes interrogés dans la communauté ont affirmé connaître des enfants qui avaient été abandonnés et avaient besoin d'un soutien à plus long terme pour y faire face.

Ce document a relevé que 61% des enfants interrogés pensent que les orphelins se sentent abandonnés, 70% disent que les enfants survivants d'Ebola se sentent mis à l'écart par des amis et 33% par leur famille alors que 87% parlent d'Ebola à leurs amis afin qu'ils ne soient pas affectés comme ils l'ont été. « Les enfants touchés par Ebola et la violence nous ont clairement dit qu'ils avaient peur, souffraient et s'inquiétaient de la façon de survivre après la mort de leurs parents. Juste au moment où nous pensions pouvoir vaincre Ebola, la flambée de violence prouve que les choses pourraient en fait empirer pour les enfants », a indiqué la directrice nationale de World Vision pour la RDC, Anne-Marie Connor.

Elle se dit profondément préoccupée par ce qui se passe dans l'est de la RDC, parce que les enfants sont confrontés à une multiplicité de défis comme la rougeole et les tueries de représailles par des groupes armés, qui ont déjà fait beaucoup plus de victimes qu'Ebola. A l'en croire, pour assurer la survie, la protection et le développement des enfants, il faut donc investir à long terme pour résoudre les problèmes systémiques qui ont fait que 12,8 millions de personnes aient besoin d'aide humanitaire.

Anne-Marie Connor a, par ailleurs, prévenu qu'il était extrêmement difficile de vaincre Ebola dans ce qui était essentiellement une zone de guerre où l'insécurité, l'arrêt des opérations de santé, les rumeurs et la désinformation étaient monnaie courante. « Il est probable que sans paix et sécurité, des épidémies d'Ebola continueront de se produire et les ambitions pour atteindre zéro cas, une fois que l'on pensait possible pour la nouvelle année, pourraient ne plus être réalisables dans les prochains mois », a-t-elle averti.

World Vision soutient avoir délibérément interrogé les survivants et les enfants touchés et leurs soignants, dans un contexte aussi instable. « Outre leur sentiment de stress, de tristesse et d'isolement, l'éducation et les conditions de vie des enfants ont également été gravement affectées », a fait savoir cette agence.

La publication du rapport Fear and Isolation de World Vision et du briefing des médias Beyond Ebola qui l'accompagne survient alors que l'est de la RDC traverse une nouvelle éruption de violence qui a tué des agents de santé Ebola et conduit les agences d'aide à suspendre le travail et à déplacer le personnel.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.