Afrique de l'Ouest: Cotation à la bourse régionale des valeurs mobilières - Le capital minimum ramené à 10 millions

20 Décembre 2019

Désormais, toute entreprise dépositaire d'un capital minimum de 10 millions peut légalement candidater à une admission au troisième compartiment ramenée de 100 à 10 millions de francs CFA. C'est qu'a annoncé hier, jeudi, à Dakar, le président du Conseil régional de l'épargne publique et des marchés financiers (Crepmf), Mamadou Ndiaye, lors du lancement des travaux de relecture des textes de base du marché financier régional de l'Umoa.

Pour rehausser son capital boursier et faire jouer pleinement celui-ci au financement pour le développement des économies de l'Afrique de l'ouest, le Conseil régional de l'épargne publique et des marchés financiers (Crepmf), a élargi sa base de cotation en s'ouvrant aux Petites et moyennes entreprises (Pme).

Cette décision prise par le Conseil des ministres de l'Union, le 24 mars 2016, sur proposition du Conseil régional, «de ramener le capital minimum des Pme candidates à une admission au troisième compartiment de 100 à 10 millions FCFA pour faciliter leur financement par le canal du marché s'inscrit dans la dynamique des chantiers de réforme du marché financier régional», a fait savoir à Dakar hier, jeudi, le président du Crepmf Mamadou Ndiaye, lors d'une cérémonie de lancement des travaux de la relecture des textes de bases du marché financier régional de l'Union monétaire ouest africain.

Abordant la problématique, le président Ndiaye dira: «Les enjeux que constituent ces réformes pour l'infrastructure de notre principale plateforme de financement sont importants et énormes notamment avec la recherche de financement pour les nombreux plans de développement de nos économies et le soutien des besoins d'investissements». Légitimant son propos, il dira que dans un contexte de sollicitations accrues des Etats au regard de leurs ambitieux programmes nationaux de développement ou d'émergence, et du secteur privé, moteur de la création d'emplois et de richesse, «il apparaît nécessaire et urgent de poursuivre l'effort de modernisation du cadre réglementaire pour le rendre davantage attractif tous en consolidant la protection des épargnants».

Toutefois, il relève qu' en dépit des contraintes qui s'imposent, «nous pouvons nous féliciter des performances déjà atteintes par le marché depuis son démarrage en 1998 avec plus de 9 500 milliards FCFA de ressources levées dont plus 62% ont servi directement aux financements des besoins des Etats notamment en matière d'infrastructures, cinquante-cinq (55) lignes obligataires inscrites à la cote de la BRVM, quatre (4) lignes de Sukuk et quarante-six (46) sociétés inscrites à la cote de la Brvm».

Aliou Ndiaye, représentant du ministre des Finances et du budget a magnifié pour sa part cette initiative consistant à réformer pour répondre au mieux aux besoins de financement des Pme/Pmi aux fins de booster la croissance économique pour un développement harmonieux et durable.

Dans son propos, il a invité les structures centrales, les intermédiaires commerciaux, les émetteurs, les investisseurs, à côté du cabinet consultant de tout mettre en œuvre pour accélérer la cadence des réformes en vue de faire du marché financier régional, une place financière attractive et sécurisée pour le financement durable des économies de l'Union.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.