Afrique: Les services du FMI concluent leur visite aux Comores pour la consultation au titre de l'Article IV pour 2019 et des discussions sur l'engagement en 2020

document

Les communiqués de presse publiés en fin de mission par les services du FMI incluent des déclarations qui expriment leurs observations préliminaires au terme d'une mission dans un pays. Les opinions exprimées dans ces conclusions sont celles des services du FMI et ne sont pas nécessairement celles du Conseil d'administration. Sur la base des observations préliminaires de cette mission, les services du FMI établiront un rapport qui, sous réserve de l'approbation de la direction, sera soumis à l'examen et à la décision du Conseil d'administration du FMI.

Une équipe du Fonds monétaire international (FMI), conduite par Hans Weisfeld, s'est rendue aux Comores du 11 au 20 décembre pour mener la consultation au titre de l'Article IV en 2019 et discuter des options d'engagement avec les autorités comoriennes en 2020.

A la fin de la visite, M. Weisfeld a fait la déclaration suivante :

« L'équipe du FMI a discuté avec les autorités des conditions économiques et des politiques économiques du gouvernement. Les discussions se sont focalisées sur une stratégie à moyen terme pour sortir le pays de la fragilité et stimuler une croissance inclusive.

« Les évolutions économiques ont représenté un défi en 2019, notamment suite au Cyclone Kenneth en avril. La projection de croissance pour l'année devrait chuter à environ 1,9 pour cent, alors que l'inflation reste contenue (à 3,3 pour cent). La part des recettes budgétaires dans le PIB a aussi chuté, sous l'impulsion de l'impact du cyclone sur l'économie et des problèmes rencontrés par les entreprises publiques. L'augmentation du crédit au secteur privé demeure faible, en partie du fait d'un environnement difficile persistant pour les opérations bancaires.

« En 2020, avec une atténuation de l'impact du cyclone, la croissance devrait rebondir de 4 à 4,5 pour cent, alors que l'inflation devrait baisser (à en dessous de 2 pour cent). Les difficultés rencontrées par plusieurs entreprises publiques vont vraisemblablement continuer à peser sur les recettes budgétaires.

« Pour atteindre l'émergence, la mission recommande de s'attaquer à l'aspect institutionnel et économique de la fragilité. Des réformes clé à entreprendre dans le domaine institutionnel consistent à renforcer la fonction publique, rehausser la gouvernance, et renforcer le système judiciaire afin de permettre de mieux protéger les droits de propriété et d'aider les parties privées à appliquer les contrats.

« Afin d'aborder la fragilité économique, il est nécessaire d'élargir l'espace fiscal ; utiliser de cet espace pour augmenter les investissements à la fois en capital physique et humain, y compris par le biais de dépenses sociales ; et réduire la vulnérabilité face aux chocs tels que les catastrophes naturelles, auxquelles les Comores sont fortement exposées. Il serait essentiel d'augmenter les recettes fiscales pour créer l'espace fiscal, en réduisant les exonérations fiscales et en enregistrant plus de contribuables par exemple.

« L'équipe du FMI a aussi discuté des options d'engagement avec les autorités comoriennes en 2020.

« L'équipe a rencontré le Président Azali Assoumani ; Said Ali Said Chayhane, le Ministre des finances et du budget ; Younoussa Imani, le Gouverneur de la Banque centrale ; ainsi que d'autres hautes autorités et des représentants du secteur privé et de la communauté des bailleurs.

« La mission du FMI remercie les autorités pour les discussions constructives ainsi que pour leur hospitalité chaleureuse. »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Banques et Assurances

Plus de: IMF

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.