Afrique du Nord: La France réaffirme son appui au Plan d'autonomie au Sahara

20 Décembre 2019

Saad Dine El Otmani : Nous devons préserver le caractère singulier et exceptionnel des relations maroco-françaises et continuer à les consolider

Edouard Philippe : Le développement de l'Afrique est au cœur de l'intérêt commun du Maroc et de la France

La France a réaffirmé, jeudi, son appui au plan d'autonomie présenté par le Maroc pour régler le différend autour du Sahara et le considère comme «base sérieuse et crédible en vue d'une solution politique négociée».

Selon la déclaration conjointe publiée au terme de la rencontre de haut niveau (RHN) France-Maroc tenue, jeudi à Paris, sous la coprésidence du chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani et du Premier ministre Edouard Philippe, «la France se félicite des efforts sérieux et crédibles faits par le Maroc pour aller de l'avant» vers un règlement de la question du Sahara et «réitère son soutien à la recherche d'une solution politique qui soit juste, durable et mutuellement acceptable, basée sur le compromis, sous l'égide des Nations unies et conformément aux résolutions du Conseil de sécurité».

Dans ce contexte, «la France appuie le Plan d'autonomie présenté par le Maroc en 2007 comme base sérieuse et crédible en vue d'une solution politique négociée», souligne le texte de la déclaration.

Par ailleurs, les deux chefs de gouvernement ont réitéré «leur détermination à poursuivre et renforcer leur coopération dans le système multilatéral, en faveur de la paix et de la sécurité, du développement durable, de l'Etat de droit, de la diversité culturelle et du multilinguisme». «Cet engagement se manifestera notamment à l'occasion de la deuxième Conférence ministérielle pour le maintien de la paix dans l'espace francophone qui se tiendra à Rabat et que co-présideront les deux pays le 23 et le 24 avril 2020», souligne la déclaration.

La 14ème RHN France-Maroc, tenue dans le cadre de la relation d'amitié exceptionnelle entre la France et le Maroc, a permis de faire un point d'étape de la relation entre les deux pays dans plusieurs domaines notamment politique, économique et culturel. La rencontre a vu la participation d'importantes délégations officielles française et marocaine.

Cette rencontre de haut niveau, qui a été précédée d'un entretien bilatéral entre les deux chefs de gouvernement, a permis d'imprimer un nouvel élan aux relations de partenariat stratégique, multidimensionnel et exceptionnel qui lient les deux pays et d'intensifier le dialogue politique bilatéral.

Ses travaux ont été couronnés par la signature de neuf accords de coopération bilatéraux dans différents domaines. Dans son allocution prononcée jeudi lors de la séance plénière, le chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, a rappelé que les relations entre le Maroc et la France sont excellentes et empreintes d'amitié, de coopération et de respect mutuel, soulignant la convergence de vues entre les deux pays sur plusieurs questions d'intérêt commun.

Il a aussi indiqué que les relations entre le Royaume du Maroc et la République française « reposent sur des dimensions historiques, culturelles, et humaines » dont « nous nous devons d'en préserver le caractère singulier et exceptionnel et de continuer à le consolider ».

Le partenariat d'exception entre le Maroc et la France est porté par les deux chefs d'Etat qui ne cessent d'affirmer leur volonté commune de le hisser à un niveau d'excellence et de continuer à en faire la référence à l'échelle euroafricaine et euro-méditerranéenne, a ajouté Saâd Dine El Otmani.

Abordant les thématiques choisies pour cette RHN, à savoir, jeunesse, formation et emploi, développement économique et compétitivité des territoires, décentralisation et mobilité, climat et environnement et projection commune vers l'Afrique, le chef du gouvernement en a souligné la pertinence qui trouve, selon lui, «sa signification et sa portée dans la capacité de notre partenariat à s'adapter aux exigences des nouveaux défis" et dans le « caractère dynamique et novateur qui anime notre partenariat en constante évolution».

Les relations exceptionnelles entre les deux pays s'étendent également à la coordination, à la consultation et au partage de points de vue sur de nombreuses questions et défis régionaux et internationaux d'intérêt commun, a dit le chef du gouvernement, ajoutant que la coopération "exemplaire entre nos deux pays en matière de lutte contre le terrorisme, l'extrémisme, le changement climatique et les migrations reflète ce caractère distingué des relations entre le Maroc et la France".

«Nos relations sont également porteuses de différents projets de partenariat structurants dans des domaines stratégiques, comme l'industrie automobile et aéronautique, les infrastructures et les services», a-t-il affirmé, relevant que «le partenariat industriel bilatéral, qui répond à un dessein productif commun, constitue un des domaines clé qui permet, dans une démarche de co-localisation, à de nombreuses sociétés françaises d'accroître leur compétitivité et à nos deux économies de renforcer leur positionnement sur des marchés tiers, notamment en Afrique ».

Selon lui, le partenariat entre les deux pays dispose d'atouts et de potentiels à même de lui permettre de mieux accompagner les ambitions des deux pays et de permettre à leur relation de continuer à en faire la référence à l'échelle régionale et euro-africaine.

S'agissant de la relation entre le Maroc et l'Union européenne, il a indiqué que le «Maroc a toujours fait de l'Europe une de ses priorités stratégiques, en termes de rapprochement et d'arrimage», se félicitant de la qualité du partenariat dynamique exemplaire entre les deux parties, «considéré comme l'un des partenariats sinon le partenariat le plus abouti dans le voisinage européen».

Il a noté que dans le cadre de cette relation privilégiée, le Maroc et l'Union européenne ont convenu de renforcer le Statut avancé, à travers la mise en place des quatre espaces de coopération structurants définis lors du Conseil d'association du 27 juin 2019, renforcés par deux axes transversaux, celui de l'environnement et de la lutte contre le changement climatique, et celui de la mobilité et des migrations.

Le chef du gouvernement a salué à cet égard le «rôle et la contribution de la France dans l'engagement fait par l'Union européenne pour continuer à placer le Maroc comme son partenaire stratégique privilégié».

Par ailleurs et lors d'une conférence de presse tenue au terme des travaux de la RHN, le Premier ministre français, Edouard Philippe, a souligné que «la question du développement du continent africain est au coeur de l'intérêt commun du Maroc et de la France. Nous suivons avec attention et beaucoup d'admiration l'investissement considérable réalisé par le Maroc dans le développement de la région». Il s'agit d'une «politique d'avenir» aussi bien pour le Maroc que pour la France, a-t-il affirmé.

Pour la France, atteindre cet objectif passe par l'augmentation de l'effort en matière d'aide au développement. Pour ce faire, a indiqué le Premier ministre français, une plus grande attention doit être accordée aux pays africains pour lesquels la France et le Maroc ont «un intérêt commun» à contribuer à garantir leur développement.

«Nous sommes convaincus que nous pouvons conjointement, le Maroc et la France, dans un certain nombre de projets, porter une voix commune et associer nos compétences et nos efforts pour obtenir des résultats. Ce sujet a été évoqué lors de la RHN et il est vrai qu'il peut intervenir à la fois en matière d'infrastructures, de relations commerciales, en matière d'éducation et d'enseignement supérieur», a dit Edouard Philippe, ajoutant qu'«il y a là un effort considérable à réaliser et nous avons, le Maroc et la France, un intérêt commun à faire en sorte d'accompagner les pays africains qui sont, le plus souvent, en plein dynamisme».

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.