Mauritanie: Les retraités des forces armées réclament une hausse des pensions

Les retraités des forces armées et de sécurité réclament une hausse de leurs pensions et demandent un paiement mensuel. Ces pensions, qui varient entre 15 000 et 37 000 francs CFA, sont payées tous les trois mois. Un délai jugé trop long par les pensionnaires et chefs de familles.

Les retraités des forces armées et de sécurité donnent de plus en plus de la voix pour attirer l'attention du gouvernement mauritanien sur la dégradation de leurs conditions de vie. « Nous vivons des conditions pénibles du fait de la faiblesse de nos pensions, témoigne ainsi Ali Abdelkader, un retraité de l'armée nationale. Elles sont insignifiantes vues nos charges de familles. La situation est identique pour tous les retraités des forces armées et de sécurité : armée nationale, police et garde nationale. Nous sommes confrontés aux mêmes conditions de précarité. Aujourd'hui, nous demandons au président de la République de voir la situation et de faire un geste à notre égard. Nous voulons une augmentation de nos pensions de retraite. »

Des plans de lutte contre la pauvreté annoncés par le président Ghazouani

Une requête réitérée par cette veuve et cheffe de famille, Ezza Mint Arby Ould Blal. « Mon mari est décédé. C'était un ancien militaire. Il m'a laissé sept orphelins. Je suis la seule à m'en occuper. Avec mes enfants, nous habitons dans la gazra(un habitat populaire informel, NDLR). » Ezza touche une pension de 12 000 anciennes ouguiyas, soit moins de 15 000 CFA tous les trois mois.

Comme les autres familles, elle espère pouvoir bénéficier des 527 millions de dollars qui seront investis dans des projets sociaux de lutte contre la pauvreté et la précarité. La création de l'agence chargée de ces projets a été récemment annoncée par le président mauritanien Ghazouani.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.