Guinée: L'opposition boycottera les législatives de février

Cellou Dalein Diallo, à son domicile, le 17 octobre 2015.

L'opposition guinéenne a durci le ton lundi 23 décembre en annonçant qu'elle boycottera les législatives du 16 février, et même qu'elle « empêchera » leur tenue, si certaines conditions ne sont pas réunies dont un recensement correct et intégral du corps électoral ainsi que le remplacement du président de la Céni, la Commission électorale, entre autres.

Dénonçant une « mascarade électorale en cours de préparation », l'opposition guinéenne dans son entièreté a décidé de ne pas aller aux élections législatives prévues le 16 février prochain parce que, estime-t-elle, « l'enrôlement des électeurs a été bâclé ».

« Nous avons décidé que nous ne pouvons pas participer et nous ne pouvons pas accepter qu'une élection basée sur ce fichier soit organisée parce qu'elle ne respectera pas la volonté de notre peuple qui a le droit de choisir ses députés », explique Cellou Dalein Diallo, chef de file de l'opposition.

Manifestation hebdomadaire depuis octobre

« Nous sommes en train de nous organiser, explique de son côté Étienne Soropogui, ancien membre influent de la Céni, leader d'opinion aujourd'hui, pour qu'au titre de ces élections législatives, que nous ne nous arrêtons pas à les boycotter mais que nous mettons tout en place pour empêcher qu'elles se tiennent ».

Pour participer à ses élections, l'opposition « exige » que « M. Alpha Condé renonce au changement de Constitution. Le FNDC continuera sa lutte. Nous sommes tous membres du FNDC pour s'opposer à ce changement de Constitution. Dans une large mesure, cette mascarade électorale en préparation a un lien étroit avec ce changement de Constitution. Parce que M. Alpha Condé veut faire la mascarade pour obtenir les deux tiers ou coupler les deux scrutins, le référendum et le scrutin législatif. Nous ne l'accepterons pas. »

Cette éventualité de modification de la Constitution fait descendre les Guinéens dans les rues quasiment toutes les semaines depuis le 14 octobre dernier.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.