Guinée: Législatives - Les conséquences politiques du boycott de l'opposition

Cellou Dalein Diallo, à son domicile, le 17 octobre 2015.

L'opposition politique guinéenne vient d'annoncer sa décision de ne pas prendre part aux élections législatives prévues pour février prochain. La raison ?

Un processus électoral qu'elle qualifie de « bâclé » et surtout, en toile de fond, la crise liée au projet de nouvelle constitution qui pourrait permettre au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat lors de la présidentielle de l'an prochain.

L'opposition appelle au boycott des législatives du 16 février prochain. Ses candidats renonceront-ils donc à leurs sièges ?

« La décision ne fait pas forcément l'unanimité, mais il y va de sa crédibilité », répond Kabinet Fofana de l'Association guinéenne de sciences politiques.

Quant à « empêcher » le scrutin, elle peut tout au plus « perturber le vote dans ses bastions », poursuit-il, ajoutant qu'il est urgent de « diversifier son répertoire d'actions ».

Depuis deux mois les manifestations, malgré leur ampleur, n'ont pas empêché le président de la République de présenter son projet de nouvelle constitution.

« Les autorités peuvent choisir entre le passage en force et la négociation, affirme Kabinet Fofana, sachant qu'il vaut mieux des élections contestées que des élections boycottées. »

« Le pouvoir contrôle la commission électorale »

Mais la CENI parviendra-t-elle à organiser le scrutin alors que 7 de ses commissaires ont suspendu leurs travaux et que l'opposition réclame le départ de son président ? «

Les élections se tiendront comme prévu le 16 février », répond Kabinet Fofana. Selon liu, « le pouvoir contrôle la commission électorale et lui dicte sa ligne. »

Je vous dis, nous tiendrons les élections avec ou sans eux, avec ou sans les commissaires, nous respecterons le chronogramme que nous avons établi, nous respecterons les plans opérationnels que nous avons établis et nous irons aux élections sauf phénomène extérieur à la Céni.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.