Afrique: Passage du f ranc cfa à l' eco - La grande victoire d'Alassane Ouattara pour l'Afrique

25 Décembre 2019

"En vertu du mandat que mes pairs m'ont donné, je suis heureux d'annoncer, qu'en accord avec les autres chefs d'État de l'UEMOA, nous avons décidé de faire une réforme du franc CFA avec les trois changements majeurs suivants : le changement du nom de la monnaie, de Franc CFA à Eco;

l'arrêt de la centralisation de 50% de nos réserves de changes au Trésor français et la fermeture du compte d'opérations; le retrait des représentants de la France de tous les organes de décision et de gestion de l'UEMOA » a dit d'un timbre de voix clair Alassane Ouattara en fixant bien droit le président français Emmanuel Macron dans les yeux. En sa qualité de président en exercice de la Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UEMOA, Alassane Ouattara, en annonçant cette décision historique ce 21 décembre, aux côtés d'Emmanuel Macron, venait pour les spécialistes des questions monétaires de déclencher le processus d'une indépendance économique intégrale et totale pour l'homme africain. En effet, la devise créée en 1945 par la France dans les deux régions africaines de son empire colonial circule dans 14 pays d'Afrique de l'ouest et centrale qui forment la « zone franc », en plus des Comores.

Depuis les indépendances, elle a évolué en ne cessant de faire débat. Cette décision qui suppose à la longue la disparition prochaine du FCFA au profit de l'Eco, en Afrique de l'Ouest est une grande victoire de l'homme Ouattara pour l'Afrique entière. Le Franc des colonies françaises d'Afrique (CFA) qui est né par décret, en même temps que celui des Colonies françaises du Pacifique (CFP, Indochine), le 25 décembre 1945 va donc mourir pour laisser place à une monnaie proprement africaine. Cette étape que vient de franchir l'Afrique, est l'œuvre de l'un de ses dignes fils, diplômé de la prestigieuse université de Pennsylvanie, ancien DGA du Fonds monétaire international. Le leadership du chef de l'Etat ivoirien a permis l'atteinte de cette décision qui conforte solidement l'indépendance économique des Etats africains. Désormais ils sont maitres de leur destin dans la gouvernance, la gestion et même la création de leur monnaie.

Hormis une parité fixe garantie par le Trésor public français, la centralisation des réserves de devises des instituts d'émissions africains, déposées auprès du Trésor public français sera un vieux souvenir. C'est une avancée notable au niveau de la coopération monétaire entre la France et l'UEMOA. Si le Franc CFA a été un outil essentiel du développement des pays africains pour certains, pour d'autres idéologues et souverainistes, le Franc CFA reste la pire forme de cette insidieuse manière de prolonger le système colonial en Afrique.

Au fil des décennies, au prix de moult tractations, de sommets FranceAfrique et réunions d'experts, et procédant régulièrement aux réformes nécessaires pour renforcer la zone monétaire et l'adapter aux contextes économique, régional et international les dignes fils de l'Afrique sous l'égide d'Alassane Ouattara sont venus à bout du système qui au plan économique maintenait l'Africain dans un solide carcan. « Toutes ces réformes ont contribué à faire de notre zone monétaire l'une des plus performantes et dynamiques du continent, avec une croissance annuelle moyenne de 6 à 7% et une inflation maitrisée à moins de 3%. Ces performances, saluées au niveau national et international, sont une réelle source de satisfaction et de création de richesses pour nos populations, notamment les plus défavorisées » a précisé Alassane Ouattara tout en soulignant qu'il faut entreprendre des réformes encore plus ambitieuses afin de consolider la dynamique de croissance et préserver le pouvoir d'achat des populations africaines, et surtout adresser les défis d'un monde en profonde mutation.

Cette décision historique, même si la victoire a plusieurs pères, celle annoncée le 21 décembre dernier, a pour grand artisan Alassane Ouattara. Un réel succès grâce son leadership, le technocrate, l'homme rompu aux arcanes des finances internationales a rondement et minutieusement tout planifié et piloté de main de maitre, cette grande avancée des pays africains au niveau de l'indépendance économique véritable. La création de l'Eco, la monnaie unique de la CEDEAO est à mettre à l'actif du mentor du RHDP. Il est, sans fine bouche, la pierre angulaire, le principal artisan ce grand succès de l'Afrique au plan économique

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.