Comores: Le directeur des Affaires islamiques interdit de fêter Noël

Le directeur des Affaires islamiques, rattaché au ministère de la Justice, a diffusé une déclaration officielle le jour du réveillon, en se basant sur la pratique comorienne de l'islam. Une interdiction de fêter Noël désavouée le soir même par le porte-parole du gouvernement.

Pour Noël, le directeur des Affaires islamiques a interdit « toute apparence indiquant l'implication des chrétiens dans leur joie aux Comores », embarrassant ainsi le gouvernement qui a repris le dossier en main via Mohamed Daoud, le ministre de l'Intérieur.

« Une déclaration a été signée par un responsable, un employé du ministère des Affaires islamiques, a-t-il reconnu. Toutefois cette déclaration n'engage ni le gouvernement ni le mouftorat.

Il n'a jamais été question d'interdire à qui que ce soit de pratiquer sa religion. Notre islam est un islam tolérant. On ne viendra pas mélanger les avis personnels à une décision gouvernementale. »

Quelles conséquences ?

Cette sortie très remarquée du directeur des Affaires islamiques aura des conséquences, précise le ministre de l'Intérieur. « Ce n'est pas moi qui vais parler de son limogeage, déclare-t-il.

Moi, j'ai déjà saisi le procureur de la République pour ouvrir une enquête. Il a engagé le pays et le gouvernement, sans pour autant qu'on le sache.

En tant que ministre de l'Intérieur, chargé de la sécurité publique, je crois que s'il y a des mesures de ce genre, c'est à moi de les prendre. Pas à un directeur des Affaires islamiques. »

Le ministre de la Justice a publié un communiqué pour condamner les propos de son directeur des Affaires islamiques, sans pour autant évoquer des mesures prises à son encontre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.