Cameroun: Recrutement spécial des enseignants - Le Minesup rencontre les manifestants

26 Décembre 2019

Les universitaires qui campent à l'esplanade du ministère depuis quelques jours ont décidé de poursuivre leur mouvement d'humeur mardi dernier à Yaoundé, malgré la promesse du ministre d'Etat, de transmettre leurs doléances.

Plus de cinq heures d'échanges entre le ministre d'Etat, ministre de l'Enseignement supérieur, le Pr. Jacques Fame Ndongo et certains titulaires du doctorat ou du Ph-D des différentes universités d'Etat, pour n'aboutir à aucun consensus. Mardi dernier, le ministre d'Etat le Pr. Jacques Fame Ndongo a tenu à rencontrer ces enseignants ayant élu domicile au Minesup depuis le samedi 14 décembre dernier, pour un échange portant sur leurs différentes revendications. Notamment, leur nonadmission au cours de la première phase du recrutement spécial de 2000 enseignants dans les universités d'Etat instruit par le chef de l'Etat.

Au cours des échanges présentés par le Minesup comme un dialogue, le Pr. Jacques Fame Ndongo a donné la parole à ces enseignants afin de s'enquérir de leurs revendications, frustrations et doléances. Ces derniers ont entre autres expliqué au ministre d'Etat que concernant ce recrutement spécial, ils se sont sentis frustrés et ne pensent plus pouvoir postuler pour la prochaine phase qui aura lieu en janvier. Entre autres dénonciations: le recrutement des étudiants de cycle Master, des enseignants recrutés sans avoir été auditionnés, des listes a priori arrêtées et l'élément le plus important, l'âge recommandé, soit 45 ans révolu au 1 er octobre 2019. En plus de ces éléments, ils ont proposé au Minesup d'accepter leur liste additive pour un éventuel recrutement, sans plus suivre la procédure habituelle.

Tenant en compte ces désagréments, le ministre d'Etat a clarifié la situation. Sur le volet de l'âge, il a rassuré tous les 65 enseignants qui ont plus de 45 ans qu'aucune porte n'est fermée. Le portail des camerounais de Belgique (@camer.be). « Cela en accord avec les recteurs, tout en respectant la réglementation en vigueur, c'est-à-dire en passant par le département, l'établissement, la Commission consultative de recrutement des assistants, si vous traversez toutes ces étapes, vous serez recrutés », a-t-il rassuré. Quant à ceux qui ont moins de 45 ans et n'ont pas été recrutés, il leur a recommandé de postuler à nouveau car, il y aura encore 1000 places et sur ce chiffre, ils ne sont que 305.

S'agissant des frustrations dénoncées, le Minesup a demandé de les mettre par écrit afin qu'après vérifications, ceux qui ont été admis frauduleusement soient immédiatement désinscrits. Toutefois, concernant la liste additive, le ministre Jacques Fame Ndongo, a indiqué qu'il n'était pas de son ressort de recruter les enseignants. « Je ne peux pas signer une liste additive. Parce que s'agissant du recrutement spécial, c'est une procédure qui est managée par le Premier ministre, chef du gouvernement », a-t-il clarifié. Cependant, afin de porter toutes ces doléances auprès de sa hiérarchie, le ministre d'Etat a demandé en contrepartie aux enseignants de lever leur mot d'ordre de grève. En vain. Les enseignants ont expliqué qu'ils camperont au même endroit jusqu'à ce que leur liste soit acceptée .

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.