Maroc: Le secteur des matériaux de construction nécessite une qualité irréprochable

26 Décembre 2019

Les stratégies doivent répondre aux attentes des deux grands chantiers entrepris par le Maroc

La Fédération des industries des matériaux de construction (FMC) du Maroc constitue une "locomotive" pour le secteur du bâtiment, a affirmé, mercredi à Rabat, la ministre de l'Aménagement du territoire national, de l'Urbanisme, de l'Habitat et de la Politique de la ville, Nouzha Bouchareb. Lors d'une réunion tenue avec le président de la FMC, Mme Bouchareb a indiqué que le partenariat stratégique et historique liant la fédération et le ministère permettra le déploiement du secteur de l'habitat, dont l'impact sur l'économie marocaine est significatif, puisqu'il constitue près de 6% du PIB du Royaume. "Les stratégies entreprises par les deux entités doivent répondre aux attentes des deux grands chantiers entrepris par le Maroc, à savoir la régionalisation avancée et le nouveau modèle de développement, tout en s'inscrivant dans la nouvelle dynamique prônée par SM le Roi Mohammed VI", a-t-elle révélé. La ministre a fait part de sa disposition à prêter main forte à la FMC et à porter "politiquement" haut et fort la fédération dans cette phase transitoire que connaît le Royaume, rapporte la MAP

. "La méthodologie de travail doit répondre à la demande pressante du citoyen, tout en lui offrant un logement digne, décent et adapté à son pouvoir d'achat", a-t-elle insisté, soulevant la nécessité de mettre en place une bonne gouvernance axée sur la convergence entre les deux parties. Selon Mme Bouchareb, tout programme doit se consacrer en priorité aux besoins des citoyens et à la lutte contre les disparités sociales, évoquant, dans ce sens, le programme de l'habitat pour 2020. Par ailleurs, la ministre a évoqué l'écosystème des "industries des matériaux de construction", entrepris dans le cadre du plan d'accélération industriel 2014-2020 et qui concerne cinq filières principales du secteur, à savoir le préfabriqué, la céramique, le marbre, l'acier et le ciment. Mme Bouchareb explique que cet écosystème industriel a pour ambition de relever les enjeux liés à l'industrialisation, valoriser certaines activités, améliorer la compétitivité ou encore réduire la facture énergétique. Pour sa part, le président de la FMC, David Toledano, a affirmé que le secteur des matériaux de construction nécessite une qualité irréprochable à un prix de revient accessible. "La FMC n'est pas à l'abri des problèmes", a-t-il noté, mettant en relief la problématique majeure que rencontre la fédération, à savoir la concurrence avec les pays étrangers.

En effet, M.Toledano a souligné que la concurrence dans le secteur des matériaux de construction est très rude, notamment avec les pays de la Méditerranée tels que l'Espagne, le Portugal ou l'Italie, ainsi qu'avec le grand géant industriel, la Chine. "Nous devons prioriser la production locale", a t-il insisté, évoquant, en outre, les efforts non négligeables entrepris par les dizaines d'associations membres de la fédération pour la promotion des différentes branches du secteur telles que l'acier, le sable, le ciment, le marbre, la céramique... Par ailleurs, M. Toledano a affirmé que la fédération accorde une importance particulière à la recherche et au développement, un point essentiel pour le développement de ce secteur tant concurrencé. Créée en 1995, la FMC a pour principales missions de représenter le secteur des industries des matériaux de construction auprès des instances nationales et internationales et des organisations syndicales et d'étudier les principales questions d'ordre économique, social, technique, financier, juridique, fiscal et douanier. Elle oeuvre également pour promouvoir la qualité des produits de construction, réaliser des études sectorielles sur les industries des matériaux de construction ou encore contribuer à l'amélioration de l'acte de bâtir.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.