Madagascar: Portrait - Fleuria Andrianirina la fleur septentrionale

Le 22 novembre 2019 est une date que Fleuria Andrianirina n'oubliera jamais. Elue Miss de la région Sofia, cette jeune femme a réalisé son rêve d'enfance. « C'était un jour inoubliable pour moi », a-t-elle dit avec les yeux bordés de larmes de joie. Même si participer à ce concours n'était pas dans son programme cette année, Fleuria a réalisé le rêve qu'elle a depuis ses 10 ans.

Elle a séduit les jurys. Mais être Miss de la région de Sofia n'est pas une finalité. L'objectif est d'être un jour la plus belle femme de la Grande île. Certes, cela demande des efforts, mais Mademoiselle Andrianirina est prête pour ce grand défi. L'ambition est un mot qui ne quitte pas ses lèvres. Si on veut on peut est un adage qu'elle adore prononcer.

Née dans la ville d'Antsohihy, capitale Tsimihety, Fleuria poursuit ses études primaires dans une école confessionnelle, la Providence, en 2005. Alors qu'elle était en classe de 9eme, son établissement a organisé un événement culturel. Parmi les activités figurent un concours Miss de l'école. La petite Fleuria était présente, en tant que spectatrice. Depuis, elle n'a qu'une chose en tête, devenir mannequin. Plus de six années s'écoulent, la jeune fille devient une jeune femme. En 2017, elle participe pour la première fois à un concours, Miss Afro. Cependant, sa mère n'avait pas la même opinion qu'elle. Il a fallu trois semaines pour qu'elle persuade sa mère de la laisser participer et tenter sa chance. Finalement, Fleuria participe à la compétition. Avec sa coiffure à la Mae Jemison, elle remporte la place de première dauphine. Charmante, souriante et expressive, les jurys n'ont pas hésité à la placer en seconde position. Dès lors, elle devient modèle de la région Sofia.

Elle a très vite été dans les lignes de mires des photographes professionnels. Fleuria Andrianirina est dorénavant la star de sa région. Néanmoins, elle sait pertinemment que la beauté et l'éducation font bon ménage. Alors, une fois qu'elle a eu son bac, elle a poursuivi des études de gestion et a décroché récemment son diplôme de licence. Entre la fac et la mode, elle gère bien son temps. Mais pour la seconde fois, sa mère s'inquiète pour elle. Celle-ci demande à sa fille d'abandonner le mannequinat et de se pencher sur ses études. Mais la jeune demoiselle rassure sa mère, qu'elle « contrôle parfaitement la situation ». Les agences de mannequinat commencent à s'intéresser à la jeune femme. Elle reçoit souvent des appels. Les responsables l'emmènent voyager un peu partout à Madagascar. De Morondava à Toamasina, d'Antsiranana à Fort Dauphin, la jeune femme découvre aussi bien les grandes villes que les zones les plus reculées. « J'aime bouger, a-t-elle commenté, c'est en sillonnant Madagascar que je découvre les cultures de mes compatriotes ». Évidemment, Fleuria est une femme aventurière. Elle est loin d'être cette femme qui reste dans une voiture en panne, en attendant que le chauffeur répare le moteur. « Moi je sors souvent voir ce qui se passe. Et en regardant le réparateur, j'apprends des choses ».

La curiosité intellectuelle, une qualité. Tantôt maquillée, tantôt visage couvert de poussière, Fleuria Andrianirina est une femme de terrain. Elle se casse les ongles pour aider ses camarades de la campagne à piler le riz, à une semaine de l'événement organisé par Dago Shany. A part voyager, Fleuria adore danser. Elle se déhanche souvent avant d'aller à la fac. « Je me sens heureuse en dansant », a-t-elle confié. Regarder un film est également un des passe-temps de cette ravissante demoiselle. Elle regarde surtout comment les actrices s'habillent. Les beaux acteurs ne l'intéressent guère ! Taraji Henson est son actrice préféré. « Elle sait se vêtir. Elle est sexy, mais pas vulgaire », a-t-elle précisé. D'ailleurs, Fleuria est fascinée par la culture Afro-américaine. Elle a même suivi un cours d'anglais pour mieux comprendre les américains. De Martin Luther King jusqu'à l'accession de Barack Hussein Obama, cette jeune femme malgache suit de près l'évolution historique du pays de l'oncle Sam. Elle est celle qui ne rate pas le cours de la géographie des Etats-Unis. En fait, elle rêve d'y aller, ne serait-ce que pour toucher de ses propres mains les murs des appartements de Harlem.

En somme, Fleuria Andrianirina veut que les femmes malgaches entreprennent. « Elles ne doivent pas se laisser influencer par les hommes ». La lauréate de la région Sofia ne cache pas sa fierté en voyant les femmes qui occupent une place importante dans un pays comme Condoleezza Rice. Les femmes ne sont pas nées pour faire le ménage, elles ont le droit à l'éducation, et doivent se sentir concernées par ce qui se passe dans leur pays.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.