Afrique de l'Ouest: La vraie-fausse disparition du franc CFA

Si, avec la réforme du franc CFA, Emmanuel Macron, a fait un pas que ses prédécesseurs n'avaient pas osé franchir, Paris doit maintenant tout mettre en œuvre pour aider les Etats africains francophones à acquérir une vraie émancipation économique et monétaire.

A l'approche du 60e anniversaire des indépendances de ses anciennes colonies africaines, il était grand temps que la France réforme le franc CFA, cette monnaie créée en 1945 et toujours en vigueur dans quatorze pays du continent. Emmanuel Macron, en annonçant, samedi 21 décembre à Abidjan, la disparition prochaine de cet « oripeau » d'un passé révolu, a fait un pas que ses prédécesseurs n'avaient pas osé franchir.

Agacé de voir la monnaie « françafricaine » servir d'exutoire aux colères antifrançaises, le président de la République a, au côté du président ivoirien, Alassane Ouattara, lancé un aggiornamento négocié avec huit pays d'Afrique de l'Ouest : remplacement du « franc CFA » par l'« éco », nom de la future monnaie commune à quinze pays de la région ; fin de l'obligation pour les Etats africains de verser 50 % de leurs réserves de change au Trésor français et de la présence française au conseil d'administration de la Banque centrale à Dakar ; maintien de la garantie de la France et de l'arrimage à l'euro. En bref, la France cesse d'être cogestionnaire mais demeure garant financier.

Pour ses partisans, dont M. Ouattara lui-même, l'union monétaire garantie par la France assure la stabilité, y compris pendant les crises comme la guerre civile ivoirienne de 2002-2007. Selon ses détracteurs, le système maintient la parité avec une monnaie trop forte, l'euro, empêche toute dévaluation compétitive, décourage la production locale, entrave l'industrialisation et enferme les pays dans une économie de rente de matières premières.

Que des Etats indépendants depuis plus d'un demi-siècle ne disposent pas de cet attribut fondamental de la souveraineté qu'est la monnaie apparaît comme une anomalie. L'arrangement avec Paris peut être vu comme un cadeau aux élites francophones africaines, dont le pouvoir d'achat est gonflé. A cet égard, la vraie-fausse disparition du franc CFA annoncée par M. Macron ne changera rien. « J'ai voulu engager cette réforme », a souligné le président, comme pour souligner que la France conserve les rênes.

Cette insistance à s'attribuer la paternité du changement, si elle renvoie à une certaine inertie des dirigeants concernés, n'est pas de bon augure alors qu'il s'agit d'inciter les Etats ouest-africains à prendre leurs responsabilités.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: lejecom

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.