Cameroun: « Le pays reste fidèle au de non-ingérence »

Quelle analyse suscite en vous le fait qu'en trois ans, le Cameroun ait organisé deux sommets extraordinaires des chefs d'Etat de la zone CEMAC ?

Le caractère exceptionnel attaché à de tels sommets traduit l'importance ou l'urgence des questions inscrites à l'ordre du jour. Dans le cas des Etats de la CEMAC, il faut rappeler que ces sommets ont eu une forte connotation économique et financière au regard de la crise budgétaire, de la multiplication des signes de récession économique et d'autres difficultés sociopolitiques et sécuritaires. Depuis 2014, ces Etats ont subi des chocs occasionnés par la conjoncture internationale elle-même tributaire de la chute des prix des matières premières, en particulier du pétrole dont les pays de la CEMAC tirent une part substantielle de leur PIB. Le fait pour le Cameroun d'avoir été chef de file de l'organisation de ces assises démontre s'il en était encore besoin la vitalité de la diplomatie camerounaise et confirme le leadership dont il jouit dans la sous-région.

C'est, entre-autre, son engagement dans la défense des acquis communautaires qui a une fois encore mobilisé l'adhésion de ses pairs. Le Sommet extraordinaire de décembre 2016 qui visait à « ouvrir et à conclure à brève échéance, des négociations bilatérales avec le FMI », en vue de stopper l'évaporation des réserves dans la sous-région grâce à l'adoption de réformes, imposait une action concertée de nos dirigeants. Le Cameroun, en considération de sa capacité de résilience offrait un cadre idéal. Quant au second Sommet tenu à Yaoundé en novembre 2019, il s'inscrivait notamment dans une dynamique de relecture de la coopération monétaire autour du francs CFA. A cet effet, les Chefs d'Etat ont manifesté leur volonté de faire évoluer le FCFA, en examinant « leur coopération monétaire avec la France (et) en engageant une réflexion approfondie sur les conditions et le cadre d'une nouvelle coopération ». Ils ont donc par ailleurs, chargés la BEAC de proposer dans des délais raisonnables un schéma approprié conduisant à l'évolution de la monnaie commune. L'objectif visé à terme et réitéré par nos dirigeants, est celui de disposer d'une monnaie commune stable et forte.

Au sujet de la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, notre pays a enregistré plusieurs interférences de certains Etats et organisations internationales. Comment appréciez-vous sa capacité de résistance face à ces ingérences à peine voilées ?

Contrairement à d'autres Etats et organismes, le Cameroun reste fidèle au principe de Droit international de non-ingérence dans les affaires internes des Etats posé par la Charte des Nations Unies de 1945 et élément structurant de sa politique étrangère. Cette posture politique et diplomatique s'est traduite à maintes reprises par une abstention assumée du Cameroun sur des sujets qui interpellent au premier chef la souveraineté d'autres Etats. Toutefois, la tendance internationale, davantage lorsque des préoccupations d'ordre humanitaires et sécuritaires sont en jeu tend à tolérer des prises de position de différents acteurs sur des problématiques qui pourraient être considérées comme « réservées », d'ailleurs, il serait naïf d'admettre que les Etats et organismes appartenant à la Communauté internationale puissent fermer les yeux sur une quelconque crise. Seulement, nous regrettons le fait que les points de vue défendus par certaines entités soient trop souvent en marge de la réalité, lorsqu'ils n'épousent pas simplement des considérations politiques.

Le Cameroun dans sa démarche diplomatique habituelle sait mobiliser les outils à sa disposition pour éclairer l'opinion publique nationale et internationale sur les réalités du terrain. S'agissant de la crise au Nord-Ouest et Sud-Ouest, il est à relever que grâce à l'efficacité de ses méthodes, l'opportunité est constamment offerte aux partenaires nationaux et étrangers, ainsi qu'aux représentants de la société civile de s'enquérir de la situation. C'est dans ce cadre que Son Excellence madame Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l'Homme, ainsi que plusieurs responsables d'institutions multilatérales (ONU, OIF, UA) ont effectué plusieurs missions d'informations, d'échanges et d'évaluation au sujet de cette question. Il ne serait pas inexact de signaler une convergence de vue de la plupart de ces acteurs qui pensent que la situation demeure difficile certes, mais que les efforts entrepris par les autorités nationales, notamment depuis le Grand dialogue national, s'inscrivent dans une dynamique positive.

Peut-on dire que la diplomatie camerounaise a surmonté avec une réelle aptitude ces acharnements contre notre pays ?

Face à la conjoncture critique qui prévaut depuis quelques années dans notre pays, la diplomatie camerounaise sous l'impulsion du Chef de l'Etat, chef de la diplomatie est restée attachée à ses options fondamentales dans l'exercice de ses compétences internationales. Avec beaucoup de pragmatisme, une bonne dose de lucidité et une patience inébranlable, elle s'est attelée à faire barrage à toute forme de communication qui recelait parfois des imprécisions et des exagérations sur les réalités de l'heure. Elle travaille à maintenir l'image de notre pays auprès des partenaires internationaux. Elle défend l'idée d'une indivisibilité de la sécurité internationale. Elle s'engage pour le respect de l'intégrité territoriale du Cameroun. Elle propose l'accroissement de la solidarité internationale tant pour faire face aux urgences humanitaires que pour prévenir l'extrémisme violent et éradiquer toute forme de terrorisme. Elle continuera d'adapter son action à la hauteur des enjeux dans le registre de l'action gouvernementale qui lui incombe.

D'autre part, des pays comme la Chine apportent des contributions substantielles au Cameroun, notamment dans la construction de la nouvelle Assemblée nationale. Sur quoi tient ce type de partenariat ?

La coopération Nord-Sud ou Sud-Sud est une modalité classique d'échanges entre des Etats qui ont noué des relations diplomatiques ou qui entretiennent des relations d'affaires. En matière de coopération internationale, il est d'usage que les Etats qui disposent davantage de facilités ou moyens puissent soutenir d'autres moins nantis, surtout lorsque ceux-ci sont dans le besoin. Dans le cas d'espèce, la Chine est un partenaire stratégique du Cameroun qui a des intérêts dans plusieurs secteurs d'activité et qui est soucieuse d'approfondir ses relations d'amitié avec notre pays. Le Cameroun profite également de plusieurs opportunités à travers sa coopération avec la Chine. L'on peut donc qualifier cette relation de gagnant-gagnant. L'action de la Chine qui apporte son expertise technique et des moyens financiers pour la reconstruction de l'Assemblée nationale vise donc à consolider ces rapports privilégiés. Les gains éventuels ou retour sur investissement, si ceux-ci peuvent être considérés comme tels pourraient se traduire par une amélioration du capital sympathie de la Chine auprès du Cameroun, avec tous les avantages que cela comporte dans la facilitation des négociations commerciales. C'est dans ce sillage que l'on peut d'ailleurs comprendre de manière plus globale la percée économique et commerciale chinoise sur le continent africain.

Quels sont les nouveaux leviers sur lesquels pourrait s'appuyer le Cameroun dans le domaine de la diplomatie, pour relever les défis sécuritaires et économiques qui s'imposent à lui ?

La nouvelle configuration mondiale qui voit de plus en plus l'Afrique se démarquer impose d'adapter ou du moins, d'actualiser les modalités de déploiement d'un Etat comme le Cameroun. En effet, les défis endogènes et exogènes à relever sont nombreux sur les plans sécuritaires et économiques. Dans une telle configuration l'aménagement d'innovations en matière de gouvernance diplomatique ne peut se faire qu'en s'appuyant sur ce que j'appelle une « diplomatie de l'émergence ». Celle-ci en ayant comme référent la sécurité humaine et en plaçant l'Homme au centre des politiques sociales et économiques de développement devrait permettre d'atteindre plus efficacement certains objectifs. En termes de déclinaison opérationnelle, il convient de poursuivre notre politique d'ouverture en privilégiant la coopération avec des partenaires stratégiques étatiques, institutionnels et privés. Le renforcement des capacités des ressources humaines chargées de porter la nouvelle vision du pays constitue aussi un axe important pour travailler efficacement à relever les nombreux défis qui nous interpellent.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.