Cote d'Ivoire: Amoikon Banga - « Le PDCI-RDA est toujours solidement implanté dans l'Indenié »

interview

Tête de fil du Pdci Rda dans l'Indénié, le délégué communal du Pdci Rda, le sénateur-maire, Amoikon Kouakou Banga, a accompli bien de missions et réalisé des projets au profit de son parti, le Pdci Rda, et des populations qui l'ont élu. Dans cette interview, il fait le point de ses réalisations et se projette dans l'avenir, à mi-parcours de son mandat, et situe la place prépondérante qu'occupe le Pdci dans la région.

Monsieur le maire, vous êtes délégué PDCI d'Abengourou. Comment faites-vous pour contenir les assauts du Rhdp dans la région ?

Nous sommes proches de nos populations. Nous partageons leurs joies et leurs peines. Nos militants ont été régulièrement informés par le délégué que je suis de l'évolution de la situation politique de notre pays et des orientations du président du parti.

Ils n'ont pas accepté les tentatives de liquidation du PDCI-RDA. Ils ont participé massivement à toutes les grandes rencontres convoquées par le président du parti, le président Henri Konan Bédié. (Congrès extraordinaire et autres grands meetings). Ils sont conscients qu'il mène un noble combat.

Le PDCI-RDA est dans le sang du peuple Ndenian. Félix Houphouët-Boigny s'est marié dans la famille royale de l'Indenie.

De ce mariage sont nés quatre enfants eux-mêmes potentiellement héritiers du trône de l'Indenie. Ils ne peuvent pas faire autre chose que de suivre son héritier Henri Konan Bédié.

Certaines personnes estiment que le PDCI est en train de perdre du terrain à Abengourou.Que leur répondez-vous ?

Le PDCI-RDA, est toujours solidement implanté dans l'Indenie. 90% des élus députés et maires de la région sont du PDCI-RDA.

Tous les élus partis au RHDP sont partis seuls. La base ne les a pas suivis. Aux prochaines consultations nationales comme locales, les populations leur infligeront la sanction qu'ils auront méritée. Nos populations voteront massivement en faveur du candidat du PDCI-RDA en 2020.

Monsieur le maire, vous avez commencé votre mandat avec l'incendie qui a ravagé le marché central d'Abengourou. Vous avez promis à la population de lui offrir un nouveau marché. A quel niveau se trouve cette promesse ?

Ce grave sinistre est malheureusement survenu, en décembre 2017. Nous avons perdu la moitié des magasins du marché central. Ce fut un grand choc.

J'ai eu mal pour les valeureux commerçants qui, dans cette grisaille, comptent sur leur activité pour gagner leur Attiéké quotidien. J'ai eu mal pour les populations qui ont vu ce haut lieu d'échanges partir en fumée. Je me suis engagé auprès de tous les acteurs en leur promettant que le marché renaîtrait de ses cendres.

Dès le mois de janvier 2018, le conseil s'est réuni et a autorisé le maire à prendre tous les contacts nécessaires pour trouver les financements pour reconstruire le marché. En moins de six mois, les ressources ont été mobilisées auprès d'une institution financière nationale pour reconstruire le marché intelligent.

Un marché moderne équipé de systèmes de détection et de lutte contre l'incendie, avec à la clé une assurance incendie. Les appels d'offres ont été lancés, les marchés attribués. Depuis le mois d'Août 2019, la reconstruction est en cours. Au mois de juillet prochain, les travaux seront terminés.

Nous profitons de l'occasion pour remercier le ministère de l'Intérieur et de la décentralisation à travers le Dg de la Décentralisation qui nous a remarquablement accompagnés dans ce dossier. Merci au BNETD pour l'appui technique qui nous a été apporté. Nous profitons de l'opportunité pour solliciter le concours de l'Etat pour boucler le financement.

L'Etat ne peut pas être absent de ce tour de table. La mairie a apporté en fonds propres 108 millions de F CFA sur un financement total d'un demi-milliard de F CFA. Il faut reconnaître que nous avons été diligents. Nous sommes soucieux du bien-être de nos concitoyens.

Certains quartiers de la commune étaient difficiles d'accès à cause d'un problème de voirie. Comment avez-vous réglé ce problème ?

Sachez qu'Abengourou compte 400 kms de voiries urbaines dont 45 kms bitumés en grande partie en état de délabrement avancé.

Les 20 Kms bitumés en bon état ont été réalisés par le gouvernement dans le cadre de projets PRICI et PPU. Tout le reste de la voirie en terre était en très mauvais état.

Devant cette situation, et avec l'autorisation du conseil municipal, la commune a acquis, en 2019, une niveleuse neuve qui a coûté 165 millions de FCFA.

Grâce à cet engin, la voirie en terre est régulièrement entretenue pour le bonheur des usagers (taxis, véhicules personnels et autres motocyclistes). Notre préoccupation c'est le bien-être de nos concitoyens.

Vous aviez initié un projet de transformation des ordures ménagères en fertilisants. Quel est l'impact de ce projet sur la vie des populations ?

Grâce à des partenaires, nous avons déployé ce projet de tri sélectif et de valorisation des déchets ménagers sur trois villages de la commune.

Il s'agit de Kirifi, Adaou et Koissibeniekro. C'est une véritable révolution culturelle et environnementale dans ces villages.

Les villages sont propres, les déchets transformés en amendements bio pour les cultures maraîchères et autres cultures.

Cerise sur le gâteau, 30 emplois permanents créés. Un véritable modèle d'économie circulaire. Notre préoccupation, c'est le bien-être des populations.

Une session du conseil s'est tenue le mois dernier, au cours de laquelle vous avez présenté des projets à réaliser cette année. Quels sont ces projets ?

Ce conseil municipal nous a permis d'engager un grand tournant dans notre mandature. Nous allons engager une grande étude avec l'appui de BNETD qui porte sur la formulation de «l'AGENDA 21 de la commune d'Abengourou ».

Le plan stratégique de développement local sera analysé sous le prisme du développement durable et de la lutte contre le réchauffement climatique.

Nous mettons en perspective Abengourou cité verte, ville du futur. J'ajoute que nous avons informé le conseil municipal de l'achèvement du plan d'urbanisme de détail. Ceci nous permettra de maîtriser le développement de notre cité.

C'est la fin des lotissements anarchiques. Outre ces grands projets structurants, de nombreux chantiers sont en cours au niveau des infrastructures scolaires et sanitaires. Des nombreuses écoles sont en cours de construction de même que des centres de santé de proximité. Tout ceci sur nos ressources propres.

Notre préoccupation, c'est le bien-être des populations. De nombreux défis nous attendent : la collecte des ordures ménagères et la création d'une décharge moderne qui réponde aux normes environnementales. A cet égard, nous attendons un clin d'œil du gouvernement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.