Algérie: 2019, année de la lutte contre la corruption par excellence

Alger — L'année 2019 a été celle de la lutte contre la corruption par excellence, compte tenu des procès intentés contre d'anciens hauts responsables au sein de l'Etat, impliqués dans des affaires de corruption et de blanchiment d'argent, un fait inédit dans les annales de la justice algérienne.

Cette première dans l'Histoire de l'Algérie confirme les changements et les mutations que connait le pays et prélude la fin de l'ère de l'impunité en ce sens que d'anciens hauts responsables, à leur tête les deux ex-Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, ont été condamnés, respectivement à 15 et 12 ans de prison ferme, de même que d'anciens ministres et hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption.

Ainsi, dans sa feuille de route, le président de la République a mis l'accent sur la lutte "organisée" contre la corruption, déplorant l'esprit de distribution "anarchique" de la rente. Mieux encore, il s'est engagé à restaurer l'autorité de l'Etat à travers la moralisation de la vie politique, la poursuite de la lutte contre la corruption, tout en soulignant la nécessité d'en finir avec "la politique d'impunité et les pratiques liées à la distribution anarchique des recettes pétrolières".

Lire aussi: Le président Tebboune: l'Algérie a besoin de classer ses priorités pour éviter des lendemains incertains

En début de ce mois de décembre, le tribunal de Sidi M'hamed avait prononcé des peines allant de l'acquittement à 20 ans de prison ferme assorties d'amendes allant de 100.000 DA à deux (2) millions de DA à l'encontre d'anciens ministres et hommes d'affaires impliqués dans l'affaire du montage automobile qui a causé une perte de plus de 128 milliards de DA au Trésor public.

Il s'agit notamment de l'ancien ministre de l'Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb, contre lequel un mandat d'arrêt international a été lancé et qui a été condamné par contumace à 20 ans de prison ferme assortie d'une amende d'un (1) million de DA pour "octroi d'indus avantages", "abus de fonction", "dilapidation volontaire de deniers publics", "blanchiment d'argent" et "fausse déclaration".

L'ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a été, quant à lui, condamné à une peine de 15 ans de prison ferme assortie d'une amende de deux (2) millions de DA pour les même charges retenues contre Bouchouareb, avec la confiscation de tous ses biens saisis, l'obligation pour lui de restituer le profit illicite, qu'il soit chez ses ascendants, descendants ou parents par alliance, et sa privation de ses droits civils et politiques.

Pour sa part, l'ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a écopé d'une peine de 12 ans de prison ferme et une amende d'un (1) million DA pour "octroi d'indus avantages lors de la passation de marchés", "abus de fonction" , "dilapidation volontaire de deniers publics", "fausse déclaration" et "participation au financement occulte de la campagne électorale de l'ex-président Abdelaziz Bouteflika".

Le tribunal a également ordonné à Sellal la restitution du profit illicite même s'il se trouve chez ses ascendants, descendants ou parents par alliance.

Lire aussi: Affaire de montage automobile: des peines allant de l'acquittement à 20 ans de prison ferme

La même juridiction a, par ailleurs, condamné les deux anciens ministres de l'Industrie, Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda, à des peines de 10 ans de prison ferme assortie d'une amende de 500.000 DA pour "octroi d'indus avantages lors de la passation de marchés", "abus de fonction" et "dilapidation volontaire de deniers publics".

Le juge a prononcé, en outre, une peine de 5 ans de prison ferme assortie d'une amende 200.000 DA à l'encontre de l'ancienne wali Nouria Yamina Zerhouni pour délit d'abus de fonctions, tandis que l'ancien ministre du Transport et Travaux publics Abdelghani Zaalane a été acquitté du délit de financement occulte de la campagne électorale de l'ex-président.

Des peines de prison ferme de 7 ans de prison et une amende de 500.000 DA ont été également infligées à l'homme d'affaires, Ali Haddad, condamné pour le délit de participation au blanchiment d'argent et financement occulte de la campagne électorale du 5e mandat.

L'homme d'affaires, Ahmed Mazouz, a écopé, de son côté, de 7 ans de prison ferme et d'une amende ferme de (1) million DA avec confiscation des fonds saisis, pour incitation d'agents publics en vue d'obtenir un indu privilège, de bénéficier de l'influence des agents de l'Etat, de blanchiment d'argent avec dissimulation de son origine et de financement des partis politiques.

Lire aussi: La lutte contre la corruption n'atteindra ses objectifs qu'après la récupération des fonds détournés

Poursuivi pour "bénéfice de l'autorité des agents de l'Etat en vue de la conclusion de marchés publics" et de "blanchiment d'argent", l'homme d'affaires, Hassan Larbaoui a été condamné à 6 ans de prison ferme et d'une amende d'un (1) million DA avec confiscation des fonds saisis.

L'homme d'affaires, Mohamed Bairi, poursuivi pour le délit d'"incitation d'agents à exploiter leur influence en vue de conclure des marchés publics", a écopé, de son côté, d'une peine de prison ferme de 3 ans assortie d'une amende de 200.000 DA, tandis que Fares Sellal, fils de l'ancien Premier ministre, a été condamné à 3 ans de prison ferme assortis de 200.000 DA d'amende pour délit de "participation à l'incitation d'agents publics à conclure les marchés publics".

D'autres procès sont également prévus, ce qui dénote de profondes ramifications du phénomène de la corruption en Algérie.

L'Etat mobilise tous les moyens pour éradiquer la corruption

La lutte contre la corruption, intervenue dans la sillage du mouvement populaire du 22 février 2019, était l'une des principales revendications des Algériens. En ce sens, cette revendication a été inscrite parmi les priorités de l'Etat avec la mobilisation de tous les moyens nécessaires pour éradiquer ce fléau qui a pris des proportions alarmantes ces dernières années et porté atteinte à l'économie nationale.

L'ONPLC est une autorité administrative "indépendante", dont la mission est, entre autres, de "proposer et de contribuer à animer une politique globale de prévention de la corruption, consacrant les principes de l'Etat de droit et reflétant l'intégrité, la transparence ainsi que la responsabilité dans la gestion des biens et des deniers publics".

Doté de moyens humains et matériels nécessaires à l'accomplissement de ses missions, il est habilité à demander aux administrations, institutions et organismes publics ou privés ou à toute personne physique ou morale de lui communiquer tout document ou information qu'il juge utile pour la détection des faits de corruption.

Lire aussi: La prise en charge des aspirations du Hirak au cœur des engagements du président élu

Cet organisme est chargé de constater les infractions dans le cadre de la lutte contre la corruption avec la possibilité d'intervenir dans un territoire de compétences élargi au niveau national.

Parmi ses objectifs, figure également le renforcement des outils de lutte contre la corruption et toute forme d'atteinte à l'économie nationale et aux deniers publics. Il est chargé aussi de procéder à des enquêtes sur des faits de corruption et d'en déférer les auteurs devant la juridiction compétence.

Des changements qui s'inscrivent dans le sillage de l'opération de poursuite du processus de lutte contre la corruption à tous les niveaux.

Même l'ex-ministre de la Justice, Tayeb Louh est cité dans des affaires de corruption puisqu'il se trouve actuellement en détention préventive. Il est poursuivi pour "abus de fonction, entrave à la justice, incitation à la partialité et incitation à faux en écriture officielle".

Lire aussi: Gaïd Salah: l'ANP accompagnera la justice pour "rouvrir tous les dossiers lourds" liés à la corruption

"Aucun espoir que la corruption persiste dans notre pays. Point d'horizons aux corrupteurs et notre pays reprendra son chemin de nouveau sur des fondements solides où la loi règnera et la légitimité constitutionnelle prévaudra", avait-il affirmé.

Les propos du défunt Ahmed Gaïd Salah sonnent désormais comme un testament pour la poursuite de la lutte contre la corruption jusqu'à son éradication totale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.