Guinée Bissau: Victoire de l'opposant Umaro Sissoco Embalo

Umaro Sissoco Embalo
1 Janvier 2020

Le candidat du parti d'opposition Madem, en Guinée-Bissau, l'ancien Premier ministre Umaro Sissoco Embalo, a été élu président de ce petit pays d'Afrique de l'Ouest à l'histoire tumultueuse en s'imposant face au candidat du parti majoritaire, Domingos Simoes Pereira, selon les résultats officiels annoncés mercredi.

M. Embalo, 47 ans, a comblé un retard de 12 points concédé à son adversaire lors du premier tour et remporté 53,55% des voix dimanche dernier, contre 46,45% pour M. Pereira, a annoncé la Commission électorale nationale (CNE).

La participation a été de 72,67%, pratiquement identique à celle du premier tour le 24 novembre, pour 761.676 électeurs inscrits, selon la CNE.

M. Pereira, candidat du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), la formation qui a mené la lutte pour l'indépendance du Portugal en 1974 et dominé la vie politique depuis lors, avait viré en tête lors du premier tour, avec 40,1% des voix, contre près de 28% pour M. Embalo.

Mais ce dernier a pu compter sur le soutien des principaux candidats éliminés, dont le président sortant José Mario Vaz, arrivé seulement à la quatrième place au premier tour.

Le président élu est un général de brigade de réserve, ancien Premier ministre (2016-2018) du président Vaz, spécialiste des questions de défense et géostratégiques. Il a également été le représentant en Afrique de l'Ouest d'un fonds d'investissement libyen.

Sur le plan politique, il est le vice-président du Madem, qu'il a fondé avec des dissidents du PAIGC sous la précédente législature.

Ce père de trois enfants, « musulman marié à une chrétienne », s'est posé en « rassembleur », tout en critiquant vertement la gestion du PAIGC. Il a appelé tous les Bissau-Guinéens, dont beaucoup vivent à l'étranger, à « contribuer au développement de ce pays martyrisé ».

L'enjeu du scrutin était de mettre fin à un blocage politique persistant.

La Guinée-Bissau, petit pays de 1,8 million d'habitants, a été engluée dans la crise depuis quatre ans à cause de la mésentente entre le PAIGC et le président José Mario Vaz.

Elle est depuis son indépendance coutumière des coups d'Etat, le dernier en 2012, menés par une armée longtemps très impliquée dans la vie politique et mêlée au trafic de cocaïne venant d'Amérique latine.

Le chef d'état-major de l'armée, le général Biague Na Ntam, a affirmé à plusieurs reprises que les militaires ne sortiraient cette fois pas de leurs casernes.

Alors que le Madem siège dans l'opposition, M. Embalo va devoir en premier lieu composer avec une assemblée dominée par le PAIGC. Selon la Constitution, le Parlement a le droit de désigner le Premier ministre, que le président peut toutefois révoquer.

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.