Sénégal: Interdiction de la publicité des produits cosmétiques de dépigmentation - Babacar Diagne «coupe» le signal de Sentv

La SEN TV n'émet plus. La chaine de télévision du Groupe DMedia a été suspendue par le Conseil national de régulation de l'audiovisuel (CNRA), pour 7 jours, à compter du mardi 31 décembre 2019 à minuit au mardi 7 janvier 2020 à minuit.

Pourtant, DMedia qui rappelle que ses engagements sont antérieurs à l'injonction du CNRA, précise avoir mis fin à toute diffusion de publicité des produits cosmétiques de dépigmentation sur ses supports audiovisuels.

En attendant, le SYNPICS qui regrette cette mesure qui «est la dernière des choses à faire dans un régime démocratique», décide de rencontrer le CNRA ; alors que le CDEPS appelle à privilégier le dialogue

Les motivations de la sanction infligée à SEN TV

«La diffusion des programmes de la SEN TV est suspendue pour sept (07) jours, durant la période allant du mardi 31 décembre 2019 à minuit au mardi 7 janvier 2020 à minuit».

C'est le Conseil national de régulation de l'audiovisuel (CNRA), dirigé par Babacar Diagne, qui sanctionne ainsi la télévision du Groupe DMedia, la SEN TV, après les «rappels sans effets» envoyés aux éditeurs audiovisuels sur l'interdiction de publicité des produits cosmétiques de dépigmentation.

La décision a été prise avant-hier, mardi 31 décembre 2019 par le CNRA «comme suite à ses mises en demeure restées sans effet sur des programmes diffusés par ladite télévision», lit-on dans un communiqué de presse du régulateur.

Et la source de souligner qu'entre novembre et décembre 2019, «tous les éditeurs audiovisuels ont été saisis en procédure de rappel des dispositions de la loi portant interdiction de diffusion de messages publicitaires relatifs aux produits cosmétiques de dépigmentation.

Les différents rappels n'ont certes pas été sans réaction de la part des éditeurs, ces derniers invoquant chacun de leur côté, les contrats déjà passés avec des annonceurs.

Le Régulateur étant, au même titre que les médias, tenu au respect de la Loi qui définit ses prérogatives, le Collège a pris la décision qui s'impose», ajoute le texte.

En outre, le document relève que «le Groupe DMedia est à ce jour le seul, après avoir été mis en demeure, à refuser d'obéir à l'injonction faite à tous les éditeurs d'arrêter la diffusion des messages visés, conformément à la Loi n°2017-27 du 13 juillet 2017, la Loi 2006 -04 du 4 janvier 2006 portant création du CNRA portant Code de la Presse et au Cahier des Charges applicable aux titulaires d'une autorisation de diffusion de programmes de télévision privée de droit sénégalais», conclut la même source qui revient en détail sur les attendus et la motivation de la décision qui fonde l'action du CNRA.

Dmedia se conforme à la loi, le Cnra maintient sa suspension

En réponse à la mesure de suspension pour 7 jours des programmes de SEN TV, prise par le Collège du CNRA à l'issue de sa séance du mardi 31 décembre 2019, le Groupe DMedia informe s'être déjà conformé à la loi en mettant fin à toute diffusion de publicité des produits cosmétiques de dépigmentation sur ses supports audiovisuels, SEN TV, ZIK FM, à compter de mardi 31 décembre dernier.

«Le Groupe DMedia informe ses auditeurs, téléspectateurs, clients ainsi que l'ensemble de l'opinion qu'il vient d'achever le processus de mise en conformité à la loi et à la réglementation sur la publicité des produits de dépigmentation, suite à la lettre de rappel à la loi adressée par le Conseil national de régulation de l'audiovisuel (CNRA) aux éditeurs de programmes, en date du 4 novembre 2019.

DMedia avait décidé de ne pas renouveler les contrats en cours, notamment les publicités engagées par ses partenaires producteurs de séries télévisées conformément à l'esprit et à la lettre de l'injonction du CNRA, en effet.

En conséquence, le Groupe DMedia met fin à toute diffusion de publicité des produits cosmétiques de dépigmentation sur ses supports audiovisuels, SEN TV, ZIK FM, à compter de ce mardi 31 ddécembre 2019.

Ce faisant, le Groupe DMedia réaffirme son attachement au respect des lois et règlements régissant le secteur des médias au Sénégal. Le Groupe DMedia remercie ses clients de leur confiance et les assure de sa disponibilité pour une collaboration mutuellement bénéfique»

BAMBA KASSE : «Le SYNPICS va rencontrer le CNRA», ce jeudi

Le Syndicat des professionnels de l'information et de la communication sociale du Sénégal (SYNPICS) regrette la suspension des programmes de la SEN TV, par le Conseil national de régulation de l'audiovisuel (CNRA).

Le SYNPICS estime que cette mesure «est la dernière des choses à faire dans un régime démocratique». D'autant plus qu'ajoute-t-il, «cette décision qui, même si elle est en conformité avec la loi, donne un sacré coup à la liberté d'expression consacrée par la constitution sénégalaise.»

Revenant sur les motifs évoqués par le CNRA pour motiver sa sanction, le SYNPICS trouve que cette décision reste surprenante, d'autant plus que le Groupe DMedia, producteur de la SEN TV, a sorti un communiqué le même jour pour «mettre fin à toute diffusion de publicité des produits cosmétiques de dépigmentation sur ses supports audiovisuels à savoir SEN TV ET ZIK FM», indique le Secrétaire général du SYNPICS, Bamba Kassé, dans un communiqué parvenu à Emedia.

Et d'annoncer que le syndicat «va prendre attache avec ses conseillers juridiques pour en savoir un peu plus sur les tenants et les aboutissants de la décision du CNRA».

Par ailleurs, Bamba Kassé entend prendre «langue avec Babacar Diagne, président du CNRA, qui rencontrera le jeudi 2 janvier 2020 prochain, une délégation du SYNPICS pour essayer d'analyser en profondeur cette décision.»

«Pour l'heure, le SYNPICS reste solidaire avec les confrères de la SEN TV et du Groupe DMedia dans son ensemble et promet de faire une annonce publique sur l'attitude à adopter à l'issue de la rencontre avec le Président du CNRA.»

«Cette suspension de sept (7) jours prend effet ce mardi 31 décembre 2019 à partir de minuit au mardi 7 janvier 2020.

Certes, le CNRA a pris le soin de motiver sa décision par les articles 26 de la loi n°2006-04 du 04 janvier 2006 portant création du CNRA et de l'article 210 de la loi n°2017-27 du 13 juillet 2017 portant Code de la Presse interdisant la publicité et la promotion des produits de dépigmentation dans les programmes de télévision».

MAMADOU IBRA KANE : Le CDEPS «regrette une telle mesure» et appelle à «privilégier le dialogue»

La décision du Conseil National de Régulation de l'Audiovisuel (CNRA) de suspendre les programmes de la SEN TV pendant sept (7) jours à partir du 31 décembre 2019 à minuit ne laisse pas indifférent le Conseil des Diffuseurs et Editeurs de Presse du Sénégal (CDEPS), dirigé par Mamadou Ibra Kane.

Dans un communiqué parvenu à PressAfrik, le CDEPS «regrette une telle mesure» et «considère que la liberté d'expression en général et de presse en particulier doit être préservée dans un pays démocratique comme le Sénégal».

Aussi les patrons de presse appellent-ils «les différents acteurs de l'écosystème de l'audiovisuel à privilégier le dialogue dans un contexte de lancement d'un Dialogue national inclusif».

Toutefois, le CDEPS, tout en revenant sur le motif du CNRA exhorte les acteurs des médias au respect de la loi.

«Le CNRA motive sa décision par ce qu'il considère comme un refus de la chaîne éditée par le groupe DMedia, de se conformer à la loi interdisant la publicité des produits de dépigmentation (khessal)».

«Le CDEPS invite tous les acteurs de l'audiovisuel privé et public à respecter les textes régissant la publicité, notamment la dépigmentation qui constitue un grave problème de santé publique», note le texte.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.