Cameroun: Fêtes de fin d'année dans le noir - Les consommateurs d'électricité détestent ENEO.

2 Janvier 2020

Les coupures intempestives d'électricité exaspèrent les ménages camerounais. Le phénomène devient récurrent, des dégâts matériels sont importants et la révolte couve. A l'instar de la Fondation Camerounaise des Consommateurs, les organisations de défense des droits des consommateurs montent au créneau pour dénoncer.

Les coupures d'électricité sont récurrentes dans toutes les villes, au point de provoquer, comme lundi dernier, le lancement de la campagne « JE DETESTE ENEO » initiée par Alphonse AYISSI ABENA, président de la Fondation camerounaise des consommateurs (FOCACO).

Depuis quelques semaines, le Cameroun est plongé dans des coupures d'électricité. Et pour cause, ENEO (société nationale d'électricité) n'est plus en mesure de fournir du courant sur toute l'entendue du territoire national. Le mécontentement se généralise au fil des jours. Les coupures intempestives du jus électrique assaillent les installations des uns et des autres, à un rythme si incontrôlé, qu'elles désorganisent entièrement toutes les activités. « Ce qui se passe est dramatique. ENEO nous fait subir les pires moments de notre vie depuis quelques jours » martèle le président de la FOCACO. « Quel paradoxe. Nous n'avons plus le courant à plein temps, mais nous continuons de payer des factures en hausse permanente » se plaint-il encore avec désarroi.

Dans un communiqué rendu public par Eneo le 19 septembre 2019, ces coupures provoquées, sont dues à un problème de trésorerie. L'Etat est le premier responsable, car le plus gros débiteur avec une dette due à Eneo de près de 39 milliards FCFA dont un impayé de 11 milliards de la défunte Camerounaise des eaux (CDE) qu'il a endossé après la renationalisation du service de la distribution de l'eau potable. De grandes entreprises, telles qu'Alucam (près de 6 milliards) ou encore la Sonara (1,4 milliard), figurent aussi parmi les insolvables.

Ajouter à cela, ENEO aussi doit plus d'une cinquantaine de milliards FCFA à Tradex. A l'origine du différend, le non règlement par Eneo des factures de la filiale de la SNH, qui lui fournit le fioul pour le fonctionnement de ses centrales thermiques. A fin avril, cette dette s'élevait à 43,3 milliards de FCFA. Elle est aujourd'hui estimée à 52,7 milliards de FCFA. C'est dire que le Cameroun n'est pas loin d'une nouvelle crise d'électricité.

Pour le président de la FOCACO, le Cameroun se dirige tout droit vers "les émeutes de l'électricité".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.