Afrique du Sud: Le pays interdit les réfugiés de s'adonner à des activités politiques

Une loi en vigueur depuis le 1er janvier interdit aux réfugiés de pratiquer des activités politiques sous peine de se faire expulser d'Afrique du Sud. Elle durcit également les conditions d'entrée et les conditions de vie des réfugiés.

Le gouvernement sud-africain ne s'est pas étalé sur les raisons de ces nouvelles réglementations, qui frustrent les membres des diasporas.

Un petit attroupement a lieu dans le quartier de Yeoville. Comme tous les week-ends une trentaine de Congolais parlent politique. Paky habite en Afrique du Sud depuis 20 ans. Selon lui, la nouvelle loi ne fait pas sens.

« Comment vous allez empêcher quelqu'un qui est demandeur d'asile de faire des activités politiques ? Parce que lui réclame que les choses puissent changer et qu'il puisse rentrer chez lui. »

A côté de lui, Willie s'y oppose aussi. Cette loi n'arrêtera pas ses activités. « Ils ne peuvent pas nous stopper. Nous étions déjà membres de partis politiques dans notre pays. Et c'est peut-être pour cette raison-là que nous nous sommes retrouvés ici. »

En substance, la loi semble piéger les réfugiés, désormais incapables de se battre pour leur droit, ni en Afrique du Sud ni dans leur pays d'origine.

« Le gouvernement ne précise pas ce que constitue une activité politique dans ce cas, pointe l'avocate Sally Gandar de l'ONG Scalabrini. Ce qui rend l'interprétation de cette nouvelle loi difficile et vaste.

La principale conséquence, c'est la réduction des droits des réfugiés et des demandeurs d'asile en Afrique du Sud. »

Les réfugiés seront expulsés s'ils votent, s'ils se présentent aux élections ou encore s'ils font appel aux services de leur ambassade en Afrique du Sud.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.