Guinée Bissau: Le nouveau président en tournée à Dakar, Brazzaville et Abuja

Le nouveau président bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo a entamé sa première tournée officielle par Dakar, Brazzaville et Abuja pour remercier ceux qui l'ont soutenu pendant sa couse pour le Palais Rose.

« Je n'ai pas beaucoup d'amis sur le continent, mais ceux que j'ai sont de très bons amis », aime à dire le président nouvellement élu de Guinée-Bissau.

Première étape à Dakar. Les relations entre le président sénégalais et celui qui l'appelle affectueusement « mon frère » datent de 1998.

Umaro Sissoco Embalo, ayant fui la guerre civile dans son pays, a été accueilli pendant neuf ans par la famille de Macky Sall. « Je me sentais comme chez moi dans sa famille.

Quand il a été élu président en 2009, il m'a dit je souhaiterai qu'un jour je sois aussi président chez moi. Dix ans après, j'ai été élu. Il est donc mon marabout », a expliqué Umaro Sissoco Embalo.

« Les relations entre le Sénégal et la Guinée-Bissau c'est d'abord l'amitié et la fraternité », a écrit sur son compte Twitter Umaro Sissoco Embalo.

Aujourd'hui au #Sénégal pour mon 1er déplacement en tant que Président élu de Guinée Bissau.

Je tiens à exprimer toute ma reconnaissance au President @Macky_Sall pour son soutien.

Les relations entre le Sénégal & la Guinée-Bissau c'est d'abord l'amitié et la fraternité.#dakar pic.twitter.com/IykORaWs9a

Umaro Sissoco Embalo (@USEmbalo) 4 janvier 2020

Brazzaville a été la deuxième étape. Le président Embalo n'est pas en terrain inconnu chez son mentor politique. « Il me considère comme son propre fils, a-t-il déclaré. Et papa Sassou m'a toujours donné des conseils qui m'ont permis d'arriver là où je suis aujourd'hui ».

Aussitôt après sa descente d'avion samedi après-midi le président Umaro Sissoco Embalo a été conduit au palais du peuple par le directeur de cabinet du président congolais, un groupe des conseillers du président et son fils et député Denis Christel Sassou-Nguesso.

Au terme d'un entretien d'environ une heure avec son homologue Denis Sassou-Nguesso, Sissoco Embalo a expliqué à la presse le mobile de sa visite.

Visite de courtoisie au Congo Brazzaville. Je remercie le Président Denis Sassou Nguessou pour son accueil chaleureux.@SassouCG #Congo #Brazzaville #Guineabissau #Africa #African pic.twitter.com/5pvHWnfLcx

Umaro Sissoco Embalo (@USEmbalo) 4 janvier 2020

« Tout le monde sait que je suis un fils adopté du président Sassou. C'est la moindre des choses que je vienne m'incliner devant mon père après mon élection pour prendre des bénédictions et surtout ses conseils », a déclaré le nouveau président Bissau-Guinéen.

Il a promis de travailler pour l'unité et le renforcement de la paix dans son pays marqué par des crises récurrentes. « J'ai pris l'engagement de faire un gouvernement d'unité nationale où tout le monde sera représenté. C'est comme ça qu'on peut développer un pays », a-t-il affirmé.

Au sujet de sa brouille avec le président guinéen Alpha Condé qui se serait opposé à son élection, il a assuré que cet incident était désormais clos.

« Avec le président Alpha Condé nous sommes aujourd'hui des collègues. Je ne peux pas aujourd'hui parler de lui. Il y a eu des déclarations de campagne. Aujourd'hui c'est différent. Voilà ! Il n'y a pas d'ennemi permanent dans la vie », a-t-il fait savoir.

Dernière étape à Abuja

Sissoco Embalo a dîné dans la soirée à Brazzaville avant de rejoindre Abuja au Nigeria, siège de la Cédéao, où il doit achever sa tournée.

La rencontre avec le président Buhari se fera d'ailleurs comme à Brazzaville, sans grand protocole. Muhammadu Buhari est un guide et ses conseils permettront au nouvel élu d'entrer sans encombre dans le cercle des chefs d'État de la région.

« Quand on est sur le dos d'un éléphant, la traversée du marigot se fait sans crainte », dit un vieil adage bissau-guinéen.

Le nouveau président envisage également de rendre visite au président cap-verdien Jorge Carlos Fonseca, président en exercice de la communauté des pays d'expression portugaise, ceci avant son investiture le 15 février.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.