Kenya: L'aviation civile cherche à revoir ses protocoles de sécurité

L'agence KCAA, qui régule tout le secteur aérien au Kenya, a proposé une série de mesures notamment pour améliorer la sécurité des aéroports du pays. La dernière réforme date de 2013.

Mais le Kenya subit des menaces terroristes des islamistes shebabs en Somalie voisine. Le pays veut aussi bloquer les passagers clandestins, après une affaire qui avait fait grand bruit en juin.

Toute une série de mesures sont à l'étude dans le projet élaboré par KCAA. Notamment des opérations aléatoires de détection d'explosifs sur les passagers et leurs affaires. Une protection renforcée des bagages en transit pour éviter une interférence.

L'aviation civile souhaite aussi éviter toute ingérence extérieure dans ses systèmes d'information et de communication. Des propositions en partie liées à la menace terroriste permanente subie par le Kenya.

Mais dans le projet de loi, on note aussi plusieurs modifications sur l'accès aux zones réglementées et notamment aux pistes. Tous ceux ayant accès à ces secteurs restreints devront subir un contrôle et une vérification d'antécédents tous les deux ans.

Des systèmes d'identification seront aussi mis en place pour empêcher tout accès non autorisé aux pistes. Un pass spécial sera d'ailleurs accordé aux personnes autorisées.

Ces mesures visent, entre autres, à stopper les passagers clandestins. En juin, un inconnu était tombé d'un avion de Kenya Airways à l'approche de Londres. Or à ce jour, son identité n'est toujours pas connue.

La presse britannique a affirmé qu'il travaillait pour une société de nettoyage à l'aéroport de JKIA de Nairobi.

Les autorités, peu bavardes, avaient contesté et affirmé que l'enquête suivait son cours. Un mutisme qui interroge dans une affaire embarrassante pour la sécurité de JKIA et de Kenya Airways.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.