Maroc: L'Espagne expulse à chaud

Faisant peu de cas des recommandations de la Cour européenne des droits de l'Homme et suscitant l'indignation d'une soixantaine d'ONG

"Le Maroc a procédé au sauvetage d'une quarantaine de personnes, transférées dans la zone de sécurité la plus proche, appliquant ainsi le droit maritime international, et les obligations de l'Espagne et du Maroc». C'est avec ces mots que la délégation du gouvernement du préside occupé de Mellilia, a annoncé l'expulsion vers le Maroc d'un groupe d'immigrants qui a débarqué vendredi sur les îles Zaffarines (sous occupation espagnole), a rapporté le quotidien espagnol ABC. Ces îles qui se situent à seulement 3,5 kilomètres de la côte marocaine, a précisé la même source, ont été de plus en plus utilisées par les migrants irréguliers pour entrer en Espagne.

Des organisations non gouvernementales ont demandé samedi l'ouverture d'une enquête sur d'éventuelles violations des droits de l'Homme par les autorités espagnoles durant l'expulsion de ces migrants.

Dans un communiqué signé par plus de 60 organisations des droits de l'Homme, le groupe Caminando Fronteras a dénoncé ce qu'il a appelé l'expulsion à chaud de migrants subsahariens.

Ce groupe a souligné que la Garde civile espagnole avait remis ces migrants aux autorités marocaines en violation présumée des garanties accordées par la Cour européenne des droits de l'Homme qui stipulent que les immigrants sans autorisation légale de débarquer sur le territoire européen devraient recevoir l'information et l'attention au moment où leurs demandes d'asile seront traitées. « Le contrôle des frontières et des flux migratoires ne peut en aucun cas violer les lois en vigueur », a souligné le communiqué.

Par ailleurs, Helena Maleno, de l'organisation non gouvernementale Caminando Fronteras, a rejeté la version officielle des événements présentée par la délégation du gouvernement du préside occupé de Mellilia qui a prétendu que ces migrants ont été secourus par les autorités marocaines en haute mer et non sur le territoire espagnol en s'appuyant sur les positions GPS et les photos communiquées par les migrants à son organisation montrant qu'ils étaient non pas en mer mais sur la terre ferme.

Il convient de préciser qu'au cours de l'année 2019, la Commission européenne avait déclaré recevable la plainte déposée par le parti politique espagnol « Pour un monde plus juste » (M + J) contre le gouvernement espagnol de Pedro Sánchez pour les refoulements express de migrants opérés en 2018 en vertu de l'accord bilatéral hispano-marocain dont le ministre de l'Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a mis en œuvre les dispositions durant l'été de 2018.

Bruxelles a ainsi notifié ce parti du fait que "la plainte sera examinée par les services de la Commission européenne à la lumière du droit de l'Union applicable en la matière" et que "les résultats et les mesures prises en rapport avec leur plainte seront communiqués", selon une note de la Commission européenne.

Dans sa plainte, ce parti créé en 2004, avait, en effet, dénoncé le refoulement expéditif du préside occupé de Sebta vers le Maroc, le 23 août 2018, de 114 personnes en 24 heures seulement ainsi que ceux du 21 octobre 2018, concernant 55 personnes entrées illégalement dans l'autre préside occupé, en l'occurrence Mellilia.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.