Bénin: Croissance économique - Le pays a 6,7%

La dynamique économique s'est traduite au Bénin, par la réalisation d'un taux de croissance estimé à 6,7% contre 5,7% en 2017 grâce aux performances des filières d'exportation et à la mise en œuvre du Programme d'Actions du Gouvernement.

Le solde global de la balance des paiements s'est ressenti de cet environnement, en affichant un excédent de 196.860,5 millions1 en 2018 après deux années consécutives de déficit.

« Le déficit structurel de la balance des transactions courantes s'est légèrement accentué en ressortant à 360.362,6 millions en 2018, contre 308.345,9 millions l'année précédente », laisse voir le document.

Ajoutant que cette évolution s'explique par une hausse du déficit de la balance des biens, dont les effets ont été modérés par la diminution du déficit des services, couplée à la consolidation de l'excédent du compte du revenu secondaire.

En effet, explique-t-il, le déficit de la balance des biens s'est aggravé de 109.056,7 millions par rapport à 2017, en liaison avec la progression des importations de biens intermédiaires, de biens d'équipement et de divers autres biens.

« Par contre, les importations de produits alimentaires ont reculé de 9,8% probablement en liaison avec les perspectives de réexportation vers le Nigeria.

Quant au déficit des services nets, il s'est légèrement résorbé de 61.536,0 millions par rapport à l'année précédente, en s'affichant à 147.441,9 millions », relate le texte.

En ce qui concerne le revenu primaire, son déficit s'est accentué de 12.136,6 millions pour se situer à 30.592,7 millions en 2018, avec la hausse de 14.324,7 millions du déficit du revenu des investissements.

L'augmentation du revenu des investissements est imprimée par la progression des dividendes payés au titre des investissements directs reçus, selon le rapport qui ajoute dans la foulée que par ailleurs, l'excédent du revenu secondaire est ressorti à 126.252,6 millions, essentiellement sous l'effet des appuis budgétaires reçus par les administrations publiques et malgré un recul des envois de fonds des travailleurs.

« L'excédent du compte de capital est en retrait de 4.737,7 millions, en ressortant à 109.147,2 millions au cours de l'année sous revue contre 113.884,9 millions en 2017, en liaison avec la conjoncture internationale.

Dans ces conditions, l'exécution des échanges avec l'extérieur s'est soldée par un besoin de financement de 251.215,4 millions entièrement couvert par les opérations financières. Le compte financier affiche ainsi un passif net de 444.747,5 millions », détaille le document.

Qui poursuit dans le même sillage que la position extérieure globale dégage un passif financier net de 3.140.825,0 millions au 31 décembre 2018 contre 2.888.767,8 millions au 31 décembre 2017.

« Les variations nettes induites par les autres changements d'actifs et de passifs se sont élevées à -5.804,2 millions, imputables essentiellement aux variations du taux de change sur l'encours de la dette extérieure et sur les droits de tirage spéciaux », explique enfin le rapport.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.