Cameroun: Les magistrats Awala Wodougue et Kiam Jean Paul victimes des enquêtes bâclées de la Conac?

7 Janvier 2020

Depuis quelques temps, deux magistrats exerçant dans des juridictions de la région du Littoral, sont livrés à la vindicte populaire. Il s'agit de: Awala Wodougue, procureur général du Littoral, et Kiam Jean Paul, procureur du Tribunal de première instance de Bonanjo à Douala la capitale économique du Cameroun.

Les deux magistrats sont voués aux gémonies, depuis qu'une lettre attribuée au président de la Commission nationale anti corruption ( Conac), le Rev. Dieudonné Massi Gams, circule sur les réseaux sociaux.

Selon cette lettre qui est adressée à Paul Biya le président de la République, et datée du 23 novembre 2019, des dénonciations parvenues à la Conac font état de ce que les deux magistrats auraient essayé d'arracher " un dangereux récidiviste recherché " et interpelé après de considérables efforts, des mains du Groupement de gendarmerie territoriale de Douala, essayant de le libérer par le truchement d'un substitut du procureur.

Selon cette lettre du président de la Conac, les deux autorités judiciaires sont présentées comme torpillant les procédures judiciaires, ordonnant des libérations sans fondement. Soit.Sur le fond, si cette lettre de dénonciation imputée à la Conac est authentique, cela est louable. Car, dénoncer les pratiques qui évoluent en marge des lois de la République, est une action citoyenne qu'il faut saluer. Aucun citoyen équilibré ne saurait se liguer contre une telle initiative.

Seulement, il convient de relever le caractère quelque peu spécieux et mal ficelé, de ce rapport de la Conac qui laisse songeur et incite à un regard de réserve et de distance. On dirait que si d'aventure la susdite lettre de dénonciation de Conac est authentique, il ne nous semble pas prétentieux de dire que oui, le Rev. Dieudonné Massi Gams et ses Hommes, sont allés vite en besogne ( comme d'ordinaire ?). Le cas de l'homme d'affaires importateur de poissons,Sylvestre Ngouchinghe ( Congelcam), accusé par la Conac, d'être un délinquant fiscal. Face à la réponse à ces allégations non fondées, la structure que dirige le Rev. Dieudonné Massi Gams n'en sorti pas grandie. Des éléments probants apportés par l'équipe d'un des hommes les plus riches du Cameroun et d'Afrique francophone, avaient mis à nu, l'enquête bâclée de Garga Haman Adji, la personnalité de la Conac la plus illustre et connue des Camerounais.

Pour le cas des deux magistrats de Douala ( Awala Wodougue, procureur général, et Kiam Jean Paul, procureur de la République près le Tribunal de première instance de Douala - Bonanjo), vu les insuffisances somme toute curieuses de ce rapport, il serait bien que dorénavant, la Conac ficelle bien ses enquêtes, et ne livre plus avec précipitation, à la vindicte populaire. Il serait aussi bien pour cette structure pour laquelle beaucoup d'espoirs ont été placés par le chef de l'État pour son ambition déterminée à lutter contre la corruption, de lui fournir des informations crédibles et inattaquables. Les conséquences d'une enquête bâclée et hâtive étant désastreuses et irréparables pour les mis en cause: sur le plan professionnel, moral, psychologique, social.

Bien de personnes pensent que la Conac qui a des experts et des moyens acceptables, gagnerait à ne plus faire parvenir à l'attention du chef de l'État, des rapports hâtifs et spécieux du type dont les magistrats Awala Wodougue et Kiam Jean Paul en sont peut-être victimes aujourd'hui, livrés à la vindicte populaire sans éléments probants.

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.