Congo-Brazzaville: Pointe-Noire - L'eau des forages privés impropre à la consommation

De nombreux quartiers de la ville océane manquent de l'eau de la Congolaise des eaux (LCDE). Cependant des ménages qui y habitent sont approvisionnés par des forages privés dont la qualité d'eau suscite quelques interrogations de la part des populations elles-mêmes.

Les plaintes de certains ménages qui, de plus en plus, ne cessent de constater que certains forages de la ville ne respectent pas les mesures d'hygiène qui conviennent afin d'offrir une eau de bonne qualité aux usagers, car ces eaux ont des dépôts quelquefois blanchâtres et certainement nuisibles à la santé. « C'est précisément depuis 2009 que nous buvons cette eau des forages. Mais le constat est qu'après l'avoir recueillie dans le récipient, elle laisse voir un dépôt, et nous nous demandons si la certification de la qualité de cette eau est faite. Autrement elle n'est pas bonne pour la consommation. », a déclaré une ménagère vivant au quartier Makayabou, non loin de l'école Kouango Makosso.

De source proche du dossier, des agents du service d'hygiène ne passent pas dans tous ces quartiers qui consomment l'eau des forages pour des prélèvements. Ils ne s'arrêtent qu'au niveau de certains quartiers des arrondissements 5 Mongo-Mpoukou et 6 Ngoyo, alors que ce phénomène des forages privés a pris ces derniers temps une ampleur considérable à Pointe-Noire. Aucun arrondissement de la ville océane n'échappe à cette réalité. Mvou-Mvou, arrondissement 2 ; Tié-Tié, arrondissement 3 ; Loandjili, arrondissement 4 sont tous concernés.

Un spécialiste de cette question de forage interrogé, déclare : « la prolifération non contrôlée des forages d'eau dans la ville est une menace de la nappe d'eau souterraine, par l'intrusion du biseau salé, synonyme de rupture de l'interface eau douce et eau saumâtre. En plus, ces forages sont souvent réalisés dans le mépris total des normes et pratiques universelles en la matière, exposant ainsi la nappe d'eau souterraine à la pollution, et la population à certaines maladies hydriques »

« Ces forages sont devenus une vraie course à l'enrichissement. Là où nous nous approvisionnons, le bidon de 25 litres est vendu à 75 FCFA voire 100FCFA, surtout s'il y a coupure d'électricité. A l'allure où vont les choses, la population est exposée à un grand danger de santé publique », a déclaré une femme vivant au quartier Mpaka ayant requis l'anonymat.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.