Cameroun: Maladies de la saison sèche - Les établissements prennent des dispositions

Ecoles primaires et secondaires se sont assez équipées pour faire face aux affections liées à l'harmattan.

A l'infirmerie du Lycée bilingue de Nkol-Eton hier matin, quelques élèves malades. Ils se plaignent de grippe, de maux de ventre, de maux de tête et de paludisme. Aucune inquiétude à se faire. L'établissement est assez fourni en médicaments pour ces maux. Après une prise de comprimés, les élèves peuvent rejoindre leurs salles de classe. « En cas de complication, leurs parents sont aussitôt informés », indique l'infirmière. La pharmacie de l'infirmerie dispose de divers médicaments et de matériel médical pour venir en aide aux élèves.

Vogalène, Loprade, Paracétamol, Doliprane, Bétadine, compresses, sparadrap entre autres, sont bien disposés dans un placard et même sur la table de travail de l'infirmière. Pour cette saison sèche qui a la réputation de transporter les microbes dans l'air, l'établissement mise sur la propreté. Tant à l'extérieur du lycée que dans les salles de classe, mais aussi dans les toilettes. Une visite guidée du proviseur, Mohamadou G. Kingui, a permis de constater qu'elles sont bien propres.

Aucune mauvaise odeur détectée. L'entretien est de mise. Une élève visiblement punie, nettoie le sol. Tout à côté de la jeune fille, des récipients de réserve d'eau qui permettent de ne pas être défaillant en cas de coupure et aussi garder l'environnement sain et propre. « Nous touchons plusieurs objets souillés avec nos mains. C'est pourquoi il faut toujours les laver afin d'éviter de contaminer les autres au cas où on serait infecté par un microbe », explique Madame le proviseur.

Dans les salles de classes, les effectifs raisonnables aident aussi la circulation de l'air. « les conduits d'aération apportent suffisamment d'air pour tout le monde. Nous savons bien qu'en cette saison il fait extrêmement chaud », poursuit le proviseur. Ce sont les mêmes mesures prises à l'Ecole primaire publique bilingue de Bastos. Bien que ne possédant pas d'infirmeries comme dans les établissements secondaires, chaque directeur des six groupes possède une boîte à pharmacie dans son bureau. Comme l'a indiqué la directrice du groupe I, Esther Achu, cette boîte offerte par le gouvernement, contient le strict minimum. « Nous avons juste de quoi apporter les premiers soins aux élèves.

Si le cas se complique, nous avons un hôpital non loin d'ici avec lequel nous communiquons habituellement. Puis, nous informons les parents », explique-t-elle. Quant aux cas de conjonctivites, grippe, toux et autres affections liées à la saison sèche qui n'ont pas encore été déclarés, les responsables conseillent les enfants : Il faut se laver les mains avec de l'eau propre, se couvrir la bouche et les narines avec un mouchoir ou un linge propre dans des endroits poussiéreux.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.