Congo-Kinshasa: 2ème journée de pillage à l'Unikin

Batiment administratif de l'UNIKIN
8 Janvier 2020

La journée d'hier mardi 7 janvier 2020 s'est passée, une fois de plus, sous tension à l'Université de Kinshasa. Des pilleurs s'y sont donné rendez-vous pour s'attaquer non seulement aux édifices mais aussi aux résidences des professeurs.

Une manière pour eux d'en finir avec ces autorités qui selon eux ont fixé des sommes exorbitantes pour les frais académiques. Heureusement, les éléments de la police nationale, qui étaient non loin du site universitaire ont lancé une contre-attaque pour protéger les personnes et leurs biens.

Il est inadmissible de laisser ces manifestants s'en prendre aux biens des professeurs au risque de les voir s'attaquer même à leur intégrité physique. La situation telle qu'elle s'est présentée dans la journée d'hier mardi a démontré que les manifestants ne visent que le chaos et non une solution réfléchie.

Tout laisse croire à une infiltration et manipulation des étudiants. Contrairement aux manifestations de revendication antérieures, ce mouvement déclenché depuis le lundi 6 janvier 2020 ne vise qu'à détruire et non à obtenir une solution sur les frais académiques. La grande question qui reste sans réponse est celle de savoir comment des étudiants qui revendiquent contre la majoration des frais académiques, sont munis d'armes blanches comme des machettes, burins, marteaux, pour détruire le tout.

C'est le constat fait au Groupe Scolaire du Mont Amba où, ceux qui sont identifiés comme des étudiants, ont détruit le mur de clôture de l'école primaire, afin d'utiliser les morceaux de briques comme projectiles contre les éléments de la police venus pour rétablir l'ordre public. Toujours dans ces actes qui n'avaient aucun caractère académique, deux grilles du Groupe Scolaire du Mont Amba ont été non seulement détruites mais aussi emportées. Comment comprendre qu'un étudiant qui revendique ne se limite pas seulement à la destruction mais emporte même les grilles d'écoles.

Cette destruction des grilles au niveau du Groupe Scolaire du Mont Amba a plongé l'école dans une grande insécurité. Si rien n'est fait de manière urgente, les installations de la direction générale de cette école sont exposées au vandalisme au cas où la situation n'est pas maîtrisée.

Car, cette direction générale est le poumon même de cette école qui compte 135 salles de classe, 435 agents et environ 6000 élèves. Si l'on sait que les éléments qui assurent la garde sont dépourvus des moyens de défense et, face à l'attaque, il ne sera question que de détaler sans autre forme de procès. Déjà , pour ce qui est de la première journée, un de ces éléments de la garde universitaire s'en est sorti avec un traumatisme après avoir reçu des coups au niveau de la face.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.