Cameroun: Prévention des risques de catastrophe - Douala en laboratoire

Un atelier régional de renforcement des capacités des acteurs du secteur s'est ouvert mardi.

Depuis ce mardi 7 janvier 2020 et ce jusqu'à vendredi 10, un atelier régional de renforcement des capacités pour la réduction des risques de catastrophe en Afrique centrale se tient à Douala. Une rencontre organisée par l'Institut de recherche pour le développement (IRD), dans le cadre du projet « Strengthening Disaster Risk Reduction (Coordination, Planning and Policy Capacity) of the Economy Community of Central African States (Eccas) ». Cet atelier intervient dans une sous-région où plus de 70% des catastrophes naturelles sont d'origine hydrométéorologique, exposant l'Afrique centrale à des épisodes récurrents de sécheresse et d'inondations.

Dans ce sens d'ailleurs, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, gouverneur du Littoral et représentant du ministre de l'Administration territoriale, va rappeler que sa région en général et la ville de Douala en particulier, comme dans d'autres localités du Cameroun, ont connu de graves inondations et autres glissements de terrain liés à la forte pluviométrie au cours de l'année 2019. Cet atelier servira donc de cadre aux participants pour le partage d'expériences, la consolidation des actions de préparation déjà menées, la mise en commun des connaissances et des compétences. A terme, ils seront outillés pour améliorer et coordonner leurs services respectifs dans le cadre des activités de gestion et de réduction des risques de catastrophe et d'adaptation aux changements climatiques (Grc/Acc).

Avec pour finalité la préservation efficace des vies humaines et des biens. L'atteinte de ces objectifs, selon Dominique Kuitsouc, coordonnateur régional des programmes Grc/Acc à la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (Ceeac), passe par une approche multisectorielle : « Le plus grand défi, c'est la coordination. Il faut surtout que les acteurs puissent travailler ensemble, parce qu'il s'agit d'une question de développement durable. La gestion des risques de catastrophe nécessite l'implication de tous les secteurs de développement », a-t-il expliqué Et un projet multisectoriel, évoqué par Jean-Jacques Braun, représentant délégué de l'IRD au Cameroun et Afrique centrale, c'est « Douala ville durable » pour lequel un observatoire de suivi des données hydrométéorologiques a déjà été installé dans l'arrondissement de Douala V, plus précisément dans le bassin versant urbain du Tongo Bassa, avec 17 stations de mesure.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.