Congo-Kinshasa: La rougeole plus dévastatrice qu'Ebola en RDC

L'épidémie a fait 6000 morts en à peine un an, dont de nombreux enfants, les plus touchés. Un nouveau plan d'action vient d'être lancé, notamment pour vacciner davantage.

C'est une nouvelle alerte lancée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Le pays connaît la pire épidémie de rougeole du monde. Elle a fait plus de 6.000 morts en à peine un an, dont de nombreux enfants, qui sont les plus touchés. Un nombre de décès presque trois fois plus élevé que celui de l'épidémie d'Ebola. "Le nombre de décès est un record sans précédent, un niveau jamais atteint dans les récentes histoires en terme de santé publique", confirme le docteur Vincent Sodjinou, manager de la riposte contre la rougeole pour l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en République démocratique du Congo (RDC).

Un quart d'enfants non vaccinés

En cause notamment : le nombre trop faible d'enfants vaccinés. 20% des enfants en âge de l'être contre la rougeole ne recevraient pas le sérum chaque année. Et ce depuis une décennie au moins. Résultat : un quart de cas de rougeole actuels concernent les enfants de plus de cinq ans.

Mais même dans cette période de crise, il est difficile de vacciner. "Dans certains provinces, il faut deux à trois jours pour atteindre un village", raconte le docteur Xavier Crespin, chef de la section santé pour l'Unicef en RDC. "Et au bout de ces deux ou trois jours, quand vous arrivez, comme une bonne partie de la population n'est pas assez sensibilisée, les gens refusent la vaccination." La chaîne du froid pour les médicaments est aussi difficile à respecter.

Les nombreuses zones de crise sécuritaire dans les 26 provinces, la malnutrition qui affaiblit les populations et la faiblesse du système de santé viennent aussi s'ajouter à la liste des difficultés. Tous les paramètres pour une épidémie sont réunis. Pour tenter de faire face, en urgence, 18 millions d'enfants de moins de cinq ans ont été vaccinés l'an dernier. Mais cela ne suffit pas.

Nouveau plan d'action pour six mois

L'OMS et le ministère de la Santé congolais veulent maintenant vacciner les enfants entre cinq et quatorze ans et lancer d'autres actions. "Nous allons ajouter une composante de prise en charge des enfants malnutris, mais aussi renforcer l'éducation sanitaire pour améliorer le niveau de prise de conscience de nos communautés, afin que les mamans emmènent très vite les enfants dans les centres de soins quand il y a des symptômes et évitent ainsi les complications et les décès", détaille le docteur Vincent Sodjinou.

Ce plan d'action pour six mois, jusqu'en juin, a été validé, hier, mardi 7 janvier, par le ministère de la Santé en RDC. Mais devant l'ampleur du travail et la faiblesse des équipements, l'OMS estime qu'il faut 40 millions de dollars supplémentaires pour faire face à la crise. L'organisation onusienne lance donc un nouvel appel à l'aide internationale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.