Cameroun: Pouma - La pierre reste précieuse

Exploitée de manière artisanale par les riverains, cette roche demeure la principale source de revenus de nombreuses familles

Elle est l'identité remarquable de l'arrondissement de Pouma, dans la Sanaga-maritime. Depuis des lustres, la pierre de Pouma fait l'objet d'une exploitation artisanale par les populations, dont celles de Song Ndeng. Gabriel Nyemeck et sa cousine Marie Elise Ngo Helles en ont fait leur gagne-pain depuis les années 90.

Ainsi, le quotidien de Gabriel Nyemeck est-il réglé comme une horloge. Il est partagé entre le concassage des rochers, le transport des moellons sur la tête, et la taille de ceuxci. Quant à sa cousine, elle s'attèle au quotidien à tailler la roche pour en sortir les pierres à écraser traditionnelles. Elle récupère les chutes de roche pour en faire du gravier et du sable. Ici, rien ne se perd. Leur physionomie svelte ainsi que leurs paumes de mains rugueuses témoignent de la dureté de leur métier. De fait, leur tâche est rude, pour dire le moins, et menée dans des conditions rudimentaires. « Nous utilisons des masses de 5 à 10 kg et des lames de ressort pour extraire la pierre et la casser. Nous transportons ensuite les roches sur nos têtes jusqu'en bordure de la route située à 1 km. Le mauvais état de la piste ne permet pas d'utiliser ne serait-ce que la brouette. Ensuite nous les taillons à la main », explique Gabriel Nyemeck. Dans ces chantiers, les équipements de protection individuelle (EPI) n'existent pas.

Malgré le caractère rudimentaire du travail, la pierre de Pouma nourrit toujours son homme. « La commercialisation de cette pierre a fortement contribué à l'éducation de nos enfants et à l'amélioration de nos conditions de vie », témoigne notre source. Le chargement se vend en mètres carrés. Les prix varient entre 2 500 et 3 000 F le mètre carré. La notoriété de la pierre de Pouma a depuis longtemps traversé les frontières nationales. Notre source indique qu'il existe une clientèle européenne (notamment italienne) qui s'appuie sur des intermédiaires et démarcheurs. La roche, qui est loin de s'épuiser, attise déjà des convoitises au niveau international. C'est le cas de certains ressortissants d'Asie qui, d'après nos sources, s'y seraient intéressés pour en faire une exploitation industrielle. Une initiative à laquelle les populations se seraient néanmoins opposées.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.